Surveillant pénitentiaire

  • Niveau d'étude
    BEP / CAP
  • Compétences
    Top 5
  • Salaire moyen
    20 à 30k€

Niveau d'étude
Niveau d'étude
Bac +5
Répartition par niveau d'étude*

*Basée sur la déclaration des candidats qui occupent/recherchent ce poste dans la CVthèque Regionsjob

Salaire
Salaire moyen
35 000 €/an
Salaire souhaité par les candidats*

*Basée sur le salaire souhaité par les candidats qui occupent/recherchent ce poste dans la CVthèque Regionsjob

Compétences
Compétences
Top 5

Compétences présentes dans les CV*
*Compétences extraites automatiquement à partir des CV contenus dans la CVThèque Regionsjob
Voir + de stats

Métier difficile et souvent méconnu, le surveillant pénitentiaire est un veilleur, dans le sens large du terme... Il veille au respect strict des consignes de sécurité et de discipline interne de la prison. Il est amené à effectuer des fouilles sur les détenus, à contrôler leurs courriers, à les surveiller dans leurs actes quotidiens (promenades, ateliers, activités, parloir....), à faire régulièrement l’appel, afin de prévenir toute évasion, agression ou mutinerie. Mais il veille également sur leur santé psychologique et physique, en remplissant un rôle social, par l’écoute ou le soutien qu’il peut leur apporter, ou par l’organisation ou l’encadrement d’activités culturelles ou sportives, cela afin de favoriser la réinsertion et la prévention des conflits, des agressions ou des tentatives de suicide. Pour résumer, il doit imposer le respect, mais également la confiance, cocktail nécessaire au bon climat général de l’établissement. Il exerce au sein de différentes structures pénitentiaires : maisons d’arrêt, maisons centrales, établissements pour mineurs, centres de détentions... A noter qu'il s'agit d'un métier qui se féminise : en 2011, elles étaient 56% en formation à l’ENAP (Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire), contre 14% en 2010.

Salaire

le salaire moyen d'un surveillant pénitentiaire est d'environ 1 800 € bruts par mois.

Les plus

  • La satisfaction d’être utile et de participer à la réinsertion à la prévention des récidives.
  • L’administration pénitentiaire est en profonde mutation et les recrutements sont plus nombreux depuis quelques années (au moins un concours par an est organisé).

Les moins

  • Les horaires décalés, la surveillance s’opère par roulement d’équipe 7 jours/7, 24h/24.
  • Les conditions de travail difficiles, le stress, la pression engendrée par le milieu carcéral.

Qualités nécessaires

Une bonne condition physique de base est nécessaire, qu’il faut savoir ensuite entretenir tout au long de sa carrière (pratique du tir, self-défense...). Il faut pouvoir supporter les horaires décalés, notamment le travail de nuit, la station débout prolongée. Un Surveillant doit veiller jour et nuit, 24h/24, 7 jours/7. Un sens aigu de l’observation est vital afin de déceler toute anomalie ou comportement potentiellement dangereux ou source de débordement. Dee solides qualités relationnelles et psychologiques sont nécessaires : c’est un métier de contact humain avant tout. Du petit délinquant au criminel notoire, il faut savoir s’adapter à des personnalités et des comportements très variés. Certains détenus peuvent être agressifs, voire violents, mais également dépressifs. Il faut être capable d’endurer le stress qui cela implique, savoir prendre du recul face aux insultes ou à la détresse humaine, ceci nécessite d’être soi-même dans un bon équilibre psychologique. Il faut être capable de dialoguer, mais également de s’imposer, selon la situation, pour gagner le respect et la confiance des détenus. Enfin, il faut se montrer intransigeant dans le respect des règles de sécurité, car la moindre négligence peut être lourde de conséquence. Il faut en permanence rendre compte, signaler, notifier ses observations à ses collègues et à sa hiérarchie.

Etudes et formation

Le surveillant pénitentiaire est un fonctionnaire de catégorie C, il doit donc passer un concours afin d’accéder à ses fonctions. Pour pouvoir se présenter, il doit remplir des conditions particulières : être titulaire du brevet des collèges minimum, être âgé entre 19 et 40 ans, justifier de critères physiques imposés (taille minimum, bonne acuité visuelle, critères médicaux...) avoir la nationalité française, et un casier judicaire sans contre-indication à l’exercice du métier. Comme la plupart des concours, la sélection est rude : environ 10% des candidats réussissent à accéder au niveau supérieur, à savoir une formation en alternance rémunérée de 8 mois à l’ENAP (Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire) à Agen, qui leur confère le statut d’élève surveillant, avant d’être titularisés sur leur poste.

Evolutions possibles

Tout au long de sa carrière, le surveillant pénitentiaire peut évoluer en grade en passant des concours internes. Après 5 ans d’exercice, il peut accéder au poste de surveillant brigadier, qui lui donne plus de responsabilités, puis au bout de 6 ans minimum, à des fonctions d’encadrement, évolutives dans le temps et par concours vers des fonctions toujours plus importantes : premier surveillant, major pénitentiaire, lieutenant, capitaine, et enfin commandant pénitentiaire au bout de 15 années d’expérience. Certains surveillants se spécialisent dans des fonctions de moniteurs sportifs, d’activités culturelles, ou de formateurs.

Le 04/01/2016

Métiers proches

 

Offres de formation
pour : Surveillant pénitentiaire

Surveillant pénitentiaire

Cours Servais
MONTROUGE
Les offres d'emplois pour Surveillant pénitentiaire
Voir toutes les offres d'emploi
Les offres de formation pour Surveillant pénitentiaire
Voir toutes les offres de formation