Archéologue

  • Niveau d'étude
    Bac >+5
  • Compétences
    Top 5
  • Salaire moyen
    40 à 50k€

Niveau d'étude
Niveau d'étude
Bac +5
Répartition par niveau d'étude*

*Basée sur la déclaration des candidats qui occupent/recherchent ce poste dans la CVthèque Regionsjob

Salaire
Salaire moyen
35 000 €/an
Salaire souhaité par les candidats*

*Basée sur le salaire souhaité par les candidats qui occupent/recherchent ce poste dans la CVthèque Regionsjob

Compétences
Compétences
Top 5

Compétences présentes dans les CV*
*Compétences extraites automatiquement à partir des CV contenus dans la CVThèque Regionsjob
Voir + de stats

L'archéologue est un spécialiste du passé. Mais à la différence de l'historien qui s'appuie sur différents types de sources pour bâtir ses théories (y compris les sources archéologiques), l'archéologue fouille les sites à la recherche de vestiges du passé, afin de reconstituer la façon dont vivaient et pensaient les sociétés qui nous ont précédé. Les lieux de fouilles sont nombreux et variés : zones urbaines ou rurales, fonds sous-marins (lacustres ou marins), lits de rivière, littoraux, déserts, forêts, et ce, en France ou à l'étranger. L'établissement d'une zone de fouille ne se fait pas au hasard, mais :

  • Suite à une découverte fortuite, généralement lors de travaux d'aménagement du territoire, d'activités agricoles ou d'une mise à jour brutale d'un site après un évènement géoclimatique.
  • Ou suite à une campagne de prospection (en surface ou aérienne), motivée par un questionnement de l'archéologue.
  • Actuellement, 85% des recherches archéologiques en France relèvent de l'archéologie préventive et de sauvegarde, qui a pour but de préserver et d'étudier des sites archéologiques menacés par des opérations d'aménagement du territoire. Les 15% restants sont rattachés à l'archéologie programmée, qui bénéficie de moins de moyens, mais qui n'est pas pressée par l'urgence. Sur le terrain, l'archéologue a pour mission de délimiter la zone de fouilles, puis de la quadriller en parcelles (carroyage). Chaque parcelle est fouillée par décapage stratigraphique à l'aide d’un outillage simple : truelles, pioches, pelles, brosses et les traditionnels pinceaux. Chaque parcelle fouillée doit être décrite sur une fiche de décapage, un plan de décapage, une fiche de mobilier, qui figureront dans le rapport de fouille. Mais la fouille archéologique n'est qu'un aspect de la profession. L'archéologie s'exerce aussi en laboratoire, afin d'analyser, nettoyer, trier, dater les artefacts trouvés. L'archéologue interprète le résultat de ses fouilles, et rend ainsi compte du mode de vie des sociétés passées. Il diffuse ensuite les résultats de ses recherches via les publications dans les revues à comité de lecture, lors de conférence et de colloques,...L'archéologue est donc une personne de terrain, et de laboratoire. Il intervient aussi dans les musées, quand il n'est pas enseignant chercheur. De fait, il est amené à travailler avec de nombreux acteurs de la vie archéologique, de l'étudiant stagiaire aux décisionnaires de l'Etat, en passant par pléthore de spécialistes (géomètre, zoologues, botanistes, géologues). D’ailleurs, les archéologues tendent de plus en plus à se spécialiser dans un domaine particulier, plutôt que, ou en complément d’une spécialisation sur une époque :
  • Archéozoologie.
  • Archéobotanique.
  • Dendrochronologie.
  • Archéométrie.
  • Céramologie.
  • Anthracologie.
  • Etc.
  • Salaire

    L'Archéologue gagne en moyenne 3400 euros bruts par mois en France.

    Les plus

    • Il s'agit d'un métier de passion et d'émotion. Les missions peuvent avoir lieu à l'étranger.

    Les moins

    • La concurrence est extrêmement rude, et les débouchés peu nombreux, et ce, malgré de longues études.
    • Les contrats de travail sont souvent des CDD.

    Qualités nécessaires

    L'archéologue est avant tout un scientifique, il doit donc faire preuve de méthodologie, de logique et de rigueur. La nature même de la profession, notamment la fouille, demande minutie, patience, et surtout curiosité et ingéniosité (cf. archéologie de reconstitution) afin de comprendre et interpréter les résultats de fouilles. Il faut aussi aimer le travail en équipe. Un bon sens de la communication est nécessaire. En effet, l'archéologue est amené à diffuser son travail, de manière écrite ou orale (colloques, séminaires, conférences publiques).

    Etudes et formation

    La très grande majorité des archéologues ont un niveau Bac +8. Plusieurs cursus existent :

  • A l'université, après l'obtention d'une Licence en sciences humaines, sociales, ou sciences théoriques, le futur archéologue se spécialise dans un des nombreux Masters Pro (archéoscience, archéologie préventive,...), ou de recherche proposés, avant de passer son doctorat en 3 ans.
  • L'Ecole de Louvre, accessible dès le Bac après réussite à un test probatoire, ou par équivalence (niveau Bac +2/3), propose à ses étudiants un cursus LMD (Licence-Master-Doctorat) spécialisé en archéologie.
  • Enfin, L'Institut National du Patrimoine, accessible sur concours, forme les lauréats aux carrières du Ministère de la Culture, notamment au métier de " conservateur du patrimoine, spécialité archéologie ".
  • Parallèlement à ces différents cursus, il est vivement conseillé au futur archéologue de travailler bénévolement sur des sites de fouilles.

    Evolutions possibles

    L'archéologie est un domaine avec peu de débouchés. L'objectif d'un jeune archéologue contractuel est avant tout d'obtenir une titularisation en contrat à durée indéterminée. Selon l'employeur, les évolutions des carrières sont différentes. Un archéologue peut devenir chef de département dans une DRAC ou à l'Inrap, obtenir la direction d'un service municipal, d'une UMR du CNRS, de l'UFR d'une université.

    Principaux employeurs

    En France, les principaux recruteurs appartiennent à la fonction publique. Ainsi, sur les 3000 archéologues français en 2003, 1500 exerçaient au sein de l'Inrap. Un archéologue peut aussi être employé par une université, un musée, un service municipal ou départemental, le CNRS, l'Institut Français d'Archéologie du Caire, l'Ecoles Françaises de Rome, Madrid ou Athènes, l'Ecole Française d'Extrême-Orient.

    Le 17/12/2015

    Métiers proches

     
    Les offres d'emplois pour Archéologue
    Voir toutes les offres d'emploi
    Les offres de formation pour Archéologue
    Voir toutes les offres de formation