Les horaires

Que risque-t-on en étant en retard au travail ?

Que risque-t-on en étant en retard au travail ?

Être ponctuel, ce n'est pas toujours facile : entre les problèmes de transport et les pannes de réveil, certains salariés arrivent souvent en retard. Quels risques encourent les salariés retardataires ?

Retards prévisibles et retards imprévisibles

On distingue 2 types de retard : les retards imprévisibles et les retards prévisibles. Les premiers, rares par nature, sont considérés comme admissibles dès lors qu'ils ne relèvent pas de la responsabilité du salarié. Il peut s'agir d'intempéries (neige, verglas...), d'accidents qui bloquent la circulation ou de tout autre problème exceptionnel dans les transports (panne de métro, retard de train, panne de voiture...).

Les retards prévisibles peuvent être sanctionnés

Cependant, certains retards sont prévisibles. On pense notamment aux retards liés aux grèves dans les transports, qui doivent être signalées au moins 48 heures avant le début des perturbations. Vous ne pouvez donc utiliser le prétexte d'une grève dans les transports pour justifier votre retard. Les retards répétitifs dus aux transports collectifs sont également considérés "prévisibles". C'est à vous de prendre vos dispositions pour arriver à l'heure si votre bus, votre métro ou votre train a souvent du retard.

Retard au travail : quels sont les risques ?

Un employeur ne peut pas sanctionner un employé après un seul retard. Le nombre de retards admissibles dépend du rôle de l'employé et de la gêne occasionnée par ses retards répétés. En cas de retards à répétitions, il peut prendre des dispositions pour sanctionner le salarié fautif : blâme, avertissement... Dans tous les cas, il doit signifier la sanction par lettre recommandée avec accusé de réception. Si les habitudes du salarié ne changent pas malgré la sanction infligée, l'employeur peut décider du licenciement du salarié fautif en s'appuyant sur les sanctions signifiées par courrier recommandé. Il peut également mettre à pied l'employé. Dans ce cas, il n'accède pas à son poste de travail et ne touche pas la rémunération correspondante à la durée de sa mise à pied.

Les obligations de l'employeur

Les employeurs ont également des obligations vis-à-vis des salariés. Ils doivent notamment informer les salariés à temps partiel de leurs horaires sur leur contrat de travail et afficher les horaires de travail de l'entreprise sur le lieu de travail des salariés. Il doit également conserver les accusés de réception des avertissements envoyés au salarié fautif pour pouvoir justifier un éventuel licenciement.

Partager cet article sur :

le 05/01/2015 par Thomas



Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi