L'entretien d'embauche

Pourquoi les recruteurs veulent connaître vos défauts en entretien ?

Pourquoi les recruteurs veulent connaître vos défauts en entretien ?

"Quels sont vos principaux défauts et qualités ?" Plutôt qu'une liste prémâchée de réponses standards à débiter en entretien d'embauche, nous vous proposons d'entrer dans la tête d'un DRH et ainsi comprendre ce qu'il attend de vous au moment de vous poser cette question.

C'est un rituel, une question qui se transmet de DRH en DRH. Aujourd'hui encore, un candidat à un poste se verra presque forcément dire : "Quels sont vos principaux défauts et principales qualités ?" Malgré les nombreux conseils fournis ici et là pour aider à répondre à cette question qui peut paraître piège, il arrive pourtant que les postulants sèchent. "Nous savons parfaitement que la réponse est biaisée d'avance, en fait ce que nous souhaitons vérifier c'est la capacité de répartie du candidat", explique Franck Duval, fondateur du cabinet FDAssociates. En clair, nul besoin d'être franc et de sortir "je suis paresseux" ou encore "je suis trop organisé".

Pour Eva Croizer du cabinet Nexea, "cette question permet de mieux appréhender la personne. En exagérant un peu, on peut même dire que la réponse n'est pas tellement importante mais si le candidat se met à bafouiller et se retrouve déstabilisé, c'est le signe qu'il n'a pas suffisamment travaillé l'entretien et qu'il n'en maîtrise pas les codes".

"Mon plus gros défaut, c'est la gourmandise"

Comment, dans cette situation, réagir ? "Vous pouvez tenter une pirouette, du type mon plus gros défaut c'est la gourmandise. Cela peut amuser le recruteur mais surtout vous laisser le temps de préparer votre argumentaire. Ensuite, la réponse à fournir dépend essentiellement du poste pour lequel vous postulez. Pour un comptable, il est impensable de dire je ne suis pas organisé ou pour un commercial de répondre je manque d'autonomie dans mon travail. C'est classique et entendu mais une phrase du type "je travaille trop, je ne m'arrête jamais" aura toujours un écho positif auprès des recruteurs", poursuit Franck Duval.

Même son de cloche pour Eva Croizer. "Il est attendu d'un commercial qu'il réponde je suis trop tenace et d'un comptable qu'il est trop méticuleux. Ensuite, au candidat d'étayer ces propos d'exemples précis qui appuient son propos. Mais encore une fois, c'est l'habilité et l'intelligence relationnelle du postulant que cherchent à évaluer les recruteurs". Pour bien rebondir, une seule solution : préparez consciencieusement son entretien...

Partager cet article sur :

le 16/07/2014



Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi