La santé et bien-être en entreprise

Le burn-out bientôt reconnu maladie professionnelle ?

Le burn-out bientôt reconnu maladie professionnelle ?

Dans une tribune publiée dimanche par le Journal du dimanche, une trentaine de députés de la majorité demandent la prise en charge du burn-out par les employeurs.

Le burn-out, nouveau mal du siècle ? Selon un récent sondage sur le stress au travail, un salarié sur quatre déclare avoir en effet subi au cours de sa carrière un problème psychologique grave comme une dépression ou un burn-out. Face à ce problème, des députés de la majorité souhaitent la reconnaissance de ce syndrome d'épuisement au travail comme maladie professionnelle.

> Qu'est-ce qu'un burn-out ?

"Cette reconnaissance est indispensable pour faire que les effets de l'épuisement nerveux au travail soient à la charge de ceux qui en sont responsables, c'est-à-dire les employeurs", expliquent-ils. Concrètement, si le burn-out est reconnu comme une maladie professionnelle, son financement serait assuré par «la branche Accident du travail et maladies professionnelles - financée par les cotisations patronales à 97%», poursuivent les députés.

> Comment reconnaître un burn-out ?

Les députés demandent également l’inscription de deux nouveaux éléments au tableau des maladies professionnelles : la dépression consécutive à un épuisement profond et le stress post-traumatique au travail.

Qui finance le burn-out ?

Aujourd’hui, une personne souffrant de stress au travail a droit à un congé maladie ou un temps partiel thérapeutique financés par le régime général de la Sécurité sociale, donc par l’ensemble de la collectivité.

Chaque année, une dizaine de salariés parviennent à faire reconnaître leur burn-out comme maladie professionnelle, avec une incapacité permanente de plus de 25% en lien «direct et essentiel» avec le travail.

> Comment éviter un burn out ?

En complément

Lire l'appel des députés sur le site du Journal du dimanche

Partager cet article sur :

le 08/12/2014


En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU


Plus d'actualités de l'emploi