La reconversion

Idées de reconversion : 6 activités dans l'air du temps

Idées de reconversion : 6 activités dans l'air du temps

Selon une étude de Pôle emploi réalisée en 2014, un demandeur d'emploi sur trois se réoriente professionnellement pour sortir du chômage. Dans un cas sur deux, la reconversion constitue même la seule démarche pour retrouver un emploi. Intéressé par la reconversion ? Découvrez notre sélection de 7 idées pour changer de vie. Consultant, formateur, professeur, gérant de chambres d’hôtes, coach… Ces activités font appel à des compétences transposables, ou promettent une meilleure qualité de vie à ceux tentés par le changement professionnel.

 Formateur

Toute personne disposant d’une expertise et qui a le désir de la partager peut se diriger vers le métier de formateur. Plusieurs qualités sont indispensables cependant : il faut être pédagogue, avoir un grand sens du relationnel et être sociable, une capacité à vulgariser et à transmettre son savoir. Plusieurs années d’expérience sont également indispensables pour jouir une certaine crédibilité auprès de potentiels employeurs ou de futurs clients. Il est également possible de passer certains diplômes pour légitimer son statut comme la licence professionnelle « métiers de la formation de base et de l'insertion des adultes », un master professionnel spécialisé et une formation au Cnam, à l’AFPA…

> A lire : Comment devenir formateur ?

Aides à domicile

En recoupant les prévisions de France Stratégie et de la Dares (« Les métiers en 2022 »), cet celles de l’enquête Besoin en main d’œuvre (BMO) de Pôle emploi , il apparaît que le métier d’aide à domicile est celui qui recrute le plus sans ou avec peu de qualification : 159 000 créations nettes d’emplois sur un total de 322 000 postes à pourvoir ont été recensé sur la période 2012-2022 par France Stratégie et la Dares. A titre comparatif, on est loin devant des métiers très qualifiés tels que les ingénieurs de l’informatique avec 90 000 créations nettes d’emplois sur la même période) ou les cadres des services administratifs, comptables et financiers (97 000). L’Agence Pôle Emploi (BMO) tablait quant à elle sur 73 500 projets de recrutement dans les métiers de l’aide à domicile qui regroupe les suivants : aides à domicile, aides ménagères, travailleuses familiales, auxiliaires de vie, employés de maisons, personnels de ménage. Ces métiers qui demandent peu de qualification sont accessibles : 70% des employé(e)s de maison n’ont aucun diplôme, 20 % sont titulaires du CAP-BEP et 44 % des aides à domicile ont un niveau terminal sans le Bac. Pourtant, plus de la moitié des recrutements recensés par Pôle emploi sont jugés « difficiles » par les employeurs.

En cause, la mauvaise image dont souffre la filière, à cause des horaires, des salaires, des contrats parfois précaires ou à temps partiel qui y sont pratiqués, mais également à cause de l’effort physique qu’ils demandent à ceux qui les exercent. Le secteur est ainsi majoritairement féminin, plutôt âgé, peu diplômé note le CIDJ. Et 70% des aides à domicile exercent à temps partiel, la « norme » dans ce secteur qui compte aussi un niveau d’accidents de travail deux fois plus élevé que la moyenne tous métiers confondus.

> A lire : Quels sont les 5 métiers qui recrutent le plus ?

Consultant 

Le consultant est un prestataire de conseils et de services. Ce terme générique un peu « fourre-tout » désigne un métier souvent mal aimé des autres professionnels. Pourtant, il désigne la plupart du temps des professionnels expérimentés qui ont décidé de devenir indépendants pour gagner en liberté. On lui reproche souvent des prestations de faible qualité pour les tarifs pratiqués, et un discours et un savoir-faire standardisés… Le consultant a pourtant un rôle important : aider les autres. Certes, l’activité, comme toute activité indépendante, ne vous rapportera pas « gros » dès le départ, mais avec du travail, une réelle expertise à transmettre, de la prospection et de la patience, vous devriez trouver votre clientèle au bout de quelques années.

> A lire : « Consultant, un métier de ouf » de Benjamin Chaminade, entrepreneur spécialiste du Consulting, 19,80€ et « Le Bon, la Brute et le Consultant », de Didier J. Durandy, 25€.

Coach

Le coaching est à la mode ! Coach en reconversion, coach professionnel, coach en relooking, coach personnel, coach en développement personnel, coach de vie… Le coach est à la fois formateur, accompagnateur et consultant. Là encore, la profession est controversée. Plutôt récente, elle connaît pourtant du succès, même si là où certains ont trouvé leur clientèle, d’autres peuvent rapidement mettre la clef sous la porte. Car on ne s’improvise pas coach… Les meilleurs sont passés par les mêmes situations que leurs clients : chômage, divorce, manque de confiance, licenciement… Et ont tiré des leçons de leurs expériences.

Gérant de chambres d’hôtes

« Ouvrir une chambre d’hôtes : bon plan ou galère ? » était justement le sujet de notre article sur le blog de Regionsjob. L’idée séduit de nombreux français qui aspirent à travailler différemment, pour eux, à domicile, au service des autres. Elle plaît notamment aux cadres quarantenaires aspirant à une meilleure qualité de vie, aux seniors en pré-retraite ou licenciés économiques et aux Parisiens qui aspirent à une vie à la campagne. « En 20 ans, le nombre de chambres d’hôtes en France est passé de 4700 à plus de 37.000. Et chaque année, 2500 personnes se lancent dans la création ces hébergements limités à 5 chambres. Presque une épidémie, à tel point que certains sociologues n’hésitent pas à parler de syndrome de la chambre d’hôtes ». Les avantages ? Travailler chez soi, être indépendant, avoir une activité professionnelle atypique et agréable... Les inconvénients : un budget de départ conséquent, des revenus modérés notamment au début, et une mobilisation quasi permanente 7 jours sur 7 et 24h sur 24h. Mais être son propre patron dans un cadre de vie exceptionnel n’a pas de prix… !

Professeur

Après plusieurs années d’expérience professionnelle, l’idée de transmettre son savoir et de se rendre utile germe dans beaucoup d’esprits. C’est pourquoi le professorat peut séduire les individus en quête de sens au travail. Devenir professeur séduit les salariés du privé et les chômeurs. Le métier est accessible sur concours et la formation nécessite un certain travail. De plus, il peut arriver que les candidats soient déçus une fois en poste par les difficultés rencontrées ou le rythme de travail intense dû à l’importance du travail de préparation des cours que l’on peut avoir négligé dans son projet. C’est avant tout le métier de professeur dans le secondaire (collège et lycée) qui attirent, le salaire des professeurs des écoles n’étant pas franchement attractif pour un ex-salarié du privé.

Depuis 2009, les conditions d’accès au métier sont plus souples pour cette population : si on a au moins 5 ans d'expérience en entreprise privée, la réussite du "troisième concours" garantie l’accès au métier d'enseignant sans condition de diplôme. Idem si on est parent de trois enfants, ancien sportif de haut niveau ou travailleur handicapé.

> Devenir professeur (conditions d’inscription au concours)

Artisan

Exercer un métier manuel est un peu vu comme…un retour aux sources ! Les salariés en quête de sens et exerçant des professions plutôt « intellectuelles » ou commerciales prennent parfois un virage à 180 degrés pour se reconvertir comme artisan : plombier, ébéniste, peintre, maçon, plaquiste, boulanger… Cependant, attention aux déconvenues. Faire un test métier avant de se lancer est recommandé car certains métiers manuels nécessitent un certain savoir-faire, de la minutie et ont des contraintes physiques et horaires conséquentes.

> Trois histoires de reconversion professionnelle

> A quels organismes s’adresser pour changer de métier ?

> Trouvez la formation qui vous convient sur MaFormation.fr ainsi que notre dossier spécial Reconversion et tous nos conseils.

Partager cet article sur :

le 22/11/2016 par Priscilla Gout


En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU


Plus d'actualités de l'emploi