La stratégie de recherche d'emploi

Avis d'experts : comment trouver son premier emploi ?

Avis d'experts : comment trouver son premier emploi ?

Quand on est jeune diplômé, on ne connaît pas tous les codes de l'entreprise. Pour pallier ces méconnaissances, 4 spécialistes de l'emploi livrent des conseils pour mettre toutes les chances de votre côté.

"Savoir transposer son expérience personnelle à l’entreprise" - Jean-Michel Estrade, DRH du groupe Atos :

JMEstrade"Il est frappant de constater que les jeunes diplômés ont souvent une méconnaissance de l’entreprise et des métiers qui leur sont accessibles. Même ceux qui ont réalisé des stages. Pour mieux cerner les attentes des recruteurs, je conseille vivement aux jeunes diplômés d’aller à la rencontre des entreprises lors de salons de l’emploi. De même, lors des entretiens de recrutement, l’on s’aperçoit que bien des étudiants n’ont pas pris, ou pas suffisamment, de renseignements sur l’entreprise. C’est pourtant en adaptant leur argumentaire à la culture de l’entreprise qu’ils séduiront le recruteur. Par exemple, si un jeune diplômé a réalisé un service civique d'un an à l’étranger, il doit pouvoir expliquer en quoi cette expérience peut s’inscrire dans l’orientation de l’entreprise. Il faut qu'il arrive à transposer son expérience personnelle à la société qu'il souhaite intégrer.

Si les jeunes diplômés ont assimilé certains codes de l’entretien – notamment les fameux «Quels sont vos qualités et défauts ?» - ils ont malheureusement tendance à fournir des réponses trop banales. Certes il est difficile d’être naturel face à un recruteur mais ce dernier a besoin de saisir la personnalité de la future recrue. Un discours lisse et convenu a peu d’intérêt. Au contraire : mettez votre personnalité et vos spécificités au service de votre candidature. Un dernier conseil, n’hésitez pas à manier l’art du silence. A trop parler vous risquez de nuire à votre discours".

"Les entreprises sont de plus en plus sensibles au savoir-être des salariés, leurs ‘soft kills’" - Barbara Muntaner, rédactrice en chef de cidj.com :

CIDJBarbaraMuntaner"A la fin d’un stage, il est important d’en faire le bilan avec son maître de stage. Ce dernier pourra lister vos points forts, éventuellement vous écrire une lettre de recommandation et même,  vous conseiller sur la pertinence de votre CV. Si un poste devait se libérer par la suite dans l’entreprise, il sera également votre meilleure porte d’entrée…

Dans tous les cas, lorsque vous postulerez à un emploi, votre CV devra contenir toutes les compétences acquises au cours de votre stage. Pour ce faire, identifier très précisément les missions accomplies. Votre lettre de motivation et votre CV doivent également être en accord avec l’offre d’emploi. Listez tous les points communs entre le contenu de l’offre et vos compétences professionnelles  et mettez-les en valeur dans votre lettre de motivation.

Les entreprises sont de plus en plus sensibles au savoir-être des salariés, ce que les Anglo-saxons nomment les soft skills. Démontrez que vous avez su vous intégrer avec les membres de l’entreprise. Indiquez que vous avez le sens de l’équipe et des responsabilités, mais également  le respect de la hiérarchie et/ou de la confidentialité. Des savoir-être que vous devez bien évidemment adapter à l’entreprise que vous visez".

"Les recruteurs mettent trop souvent les gens dans des cases, cassez les codes du recrutement !" - Pascal Larue, fondateur du cabinet de recrutement Impactup  :

pascallarue2"D’une manière générale, quand il n’existe pas de contrainte technique dans un métier, il faut se dire que tout est possible. C’est particulièrement vrai dans le milieu de la vente et du commerce mais aussi pour d’autres secteurs d’activité. L’on sait bien que tous les étudiants en histoire par exemple n’ont pas vocation à devenir professeur. Il leur faudra donc lister les compétences acquises à l’université mais aussi lors d’éventuels jobs d’été et même pendant des voyages significatifs à l’étranger. C’est ainsi qu’ils taperont dans l’œil du recruteur.

Un étudiant qui aura travaillé toute sa scolarité comme vendeur peut mettre en avant son sens du professionnalisme, son aisance avec la clientèle par exemple. Le fait d’avoir voyagé seul est également valorisable : il a fallu faire preuve de pugnacité et de courage pour réaliser un tel projet. Tous ces arguments, il faut apprendre à les sublimer. Et il ne faut pas hésiter à se mettre en avant. En France les recruteurs ont en effet encore trop tendance à mettre les gens dans des cases. Pour casser les codes du recrutement classique, il faut se battre mais le jeu en vaut la chandelle".

"Les jeunes diplômés ont la fâcheuse tendance de confondre compétences et connaissances" - Liselotte Huguenin-Bergenat, Responsable ressources humaines de RegionsJob :

LISE"Quand ils construisent leur CV, les jeunes diplômés ont la fâcheuse tendance de confondre compétences et connaissances. Un informaticien indiquera ainsi volontiers dans ses compétences la liste des langages appris durant son cursus scolaire. Mais cette information est déjà connue du recruteur. Ce dernier cherche à connaître les compétences réelles du jeune diplômé, celles qu’il a mises en œuvre durant ces stages par exemple. S’il a eu l’opportunité d’être chef de projet lors d’un projet mené avec d’autres étudiants, il faut qu’il le précise sur son CV. Ce point est bien plus important que d’indiquer maîtrise de Java et ou tel autre langage.

De manière générale, il faut lister toutes les réalisations concrètes menées lors d’un stage, d’une alternance ou de jobs d’été. Tout ce qui peut avoir un lien avec les futures activités dans l’entreprise".

Partager cet article sur :

le 11/06/2015 par Guirec Gombert


En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU


Plus d'actualités de l'emploi