L'entretien d'embauche

15 phrases à ne pas dire en entretien d’embauche

15 phrases à ne pas dire en entretien d’embauche

Pour faire bonne impression en entretien, il est nécessaire de proscrire certaines réflexions ou phrases qui pourraient vous porter préjudice et donner une mauvaise impression au recruteur. Voici lesquelles.

« Laissez-moi me présenter… » : en entretien d’embauche, vous êtes l’invité, c’est donc au recruteur de « mener la danse ».Prendre l’initiative de raconter son histoire peut paraître prétentieux et ringard. Le recruteur sait qui vous êtes puisqu’il vous a convoqué après avoir reçu votre candidature…

« Combien de temps durera l’entretien ? » : cette question peut montrer votre impatience, et risque de passer pour de l’impolitesse. Montrez-vous entièrement disponible pour le recruteur en prenant votre journée car dans certaines entreprises, d’autres entretiens peuvent succéder au premier dans la foulée.

« Désolé je n’ai pas eu le temps de me renseigner sur le poste/votre entreprise » : n’avouez jamais cela ! Sauf évidemment si vous êtes pris en flagrant délit d’ignorance et que vous avez une très bonne raison pour cela. Mais si l’entreprise vous intéresse un tant soit peu, vous connaissez forcément un peu son activité !

« J’avais fait le tour de mon poste » : de manière générale,parler négativement de son ancien poste est à proscrire.  Avoir fait le tour de son poste peut signifier que vous avez une tendance à l’ennui, que vous n’avez pas su proposer à votre ex-employeur des évolutions dans votre mission. Et cela risque de compromettre votre candidature si vous postulez au même type de poste…

« Mon ancien patron est un incompétent » : critiquer votre ancien employeur ? Oubliez de suite ! Cela donnera une image très négative de vous, pas de votre ancienne entreprise. Et montrera que vous n’êtes pas forcément discret, objectif et que votre personnalité peut poser problème, peu importe qui était responsable de la mauvaise entente.

« J’ai absolument besoin de ce travail ! » : montrer que vous êtes aux abois n’apportera rien, si ce n’est de mettre le recruteur en position de force pour vous faire avaler des couleuvres et vous faire accepter ses conditions en matière de contrat, de salaire, d’horaires... Idem pour les « je suis prêt à tout pour travailler chez vous » qui sont à bannir.

« Désolée, je suis très stressé » : pas la peine d’en rajouter, si vous l’êtes, le recruteur l’a sans doute déjà remarqué. Tenter d’attirer sa pitié ne résoudra donc rien… De plus, montrer que vous manquez de confiance en vous peut jouer en votre défaveur.

 « Je l’ai déjà précisé sur mon CV » : dites-vous que si votre interlocuteur vous pose une question à laquelle vous avez déjà répondu à travers votre CV ou dans votre lettre de motivation, c’est pour une raison bien précise ! Il souhaite sans doute approfondir le sujet. Ou bien il n’a pas lu entièrement votre candidature… Dans tous les cas, répondez sans vous agacer, en donnant éventuellement quelques détails supplémentaires utiles.

« Je suis le meilleur » ou « Je travaille trop » : à part vous faire passer pour un prétentieux, ce genre de phrases n’est pas franchement utile. Laissez le soin à l’employeur de découvrir vos qualités par lui-même au cours de l’entrevue est bien moins risqué !

« En quoi consiste l’activité de votre entreprise ? » : certes, à la fin de l’entretien, le recruteur demande souvent au candidat s’il celui-ci a des questions… Mais poser celle-ci reviendrait à reconnaître que vous ne vous êtes pas renseigné sur l’entreprise avant votre entretien. Ce que tout bon candidat se doit de faire systématiquement.

« Quel est le salaire exact ? » : Evitez à tout prix ce genre de questions directes, notamment lors du premier entretien. Lors du second entretien, renseignez-vous de manière plus subtile : "Et en termes de rémunération, pouvez-vous me décrire l'enveloppe globale ?".

« J’ai besoin de… » : l’entretien d’embauche n’est pas le lieu où vous devez exprimer des besoins. Parlez plutôt de vos envies, de vos attentes, de vos ambitions…

« Je ne souhaite pas répondre à cette question » ou « Je ne suis pas là pour parler de cela » : les questions d’ordre personnel sont parfois bien embarrassantes. Toutefois, il est nécessaire de rester poli et de ne pas braquer le recruteur, même si sa question vous dérange. Poser ce genre de questions peut en effet être pour le recruteur un bon moyen de tester vos réactions. A ce genre de questions vous pouvez répondre « que vous êtes actuellement concentrée sur votre recherche d’emploi ». Sachez toutefois que certaines questions sont interdites par la loi car discriminantes comme la question « Pensez-vous avoir bientôt des enfants ? ». Vous pouvez le signifier au recruteur lors de l'entretien mais une entreprise respectueuse des lois ne permet normalement pas à ses équipes de poser ce type de questions...

« Je ne m’en souviens pas » : si vous êtes commercial et l’on vous demande votre chiffre d’affaires de l’année passée, optez plutôt pour « je n’ai pas le chiffre précis en tête mais essayez tout de même de donner une fourchette de prix pour conserver votre crédibilité.

« Je n’ai pas de question » : n’avoir aucune question en fin d’entretien peut passer pour un manque d’intérêt pour l’entreprise et le poste. Même si pour vous tout semble clair, n’hésitez pas à demander des précisions sur la mission qui serait la vôtre, les termes du contrat (date de démarrage…) ou sur d’autres détails (hormis le salaire et les avantages sociaux qui seront abordés en second entretien). Cela montrera l’intérêt que vous avez pour l’entreprise.

Partager cet article sur :

le 28/05/2015



Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi