Mardi 10 avril, 11 h :
Chat vidéo Emploi & Handicap


Séverine Reboullet, Directrice SST/Handipacte du Groupe Casino,
et Annick Radovic, Responsable Mission Handicap chez Club Med,
ont répondu à vos questions.


Journaliste : Bonjour à tous, bienvenue sur RegionsJob.
Annick Radovic : Bonjour.
Séverine Reboullet : Bonjour.

Journaliste : Pouvez-vous présenter rapidement vos entreprises ?
Annick Radovic : C'est le secteur du tourisme. On est plus sur des métiers hôtellerie et restauration. On a des hôtels partout dans le monde, on a une grosse ouverture sur la Chine. Actuellement, on recrute sur la France. On emploie aussi des salariés locaux en Chine, en Tunisie, au Maroc. On tourne autour de 800 recrutements par an. Nous sommes souvent un premier emploi, pour une saison ou deux. Il y a une mobilité qui est de part et d'autre. On n'a que des contrats saisonniers.
Séverine Reboullet : On a quatre grandes activités : le commerce, la logistique, la restauration et le support. Cela représente plusieurs enseigne en France. Il y a Franprix, CDiscount, les différents Casino. 230 000 salariés dans le monde. On recrute tout type de contrats. Plus de 1 200 contrats d'alternance. Le CDD est chez nous une porte d'entrée vers un CDI.

TH : A quel pourcentage de personnes handicapées en êtes-vous dans vos deux entreprises ?
Séverine Reboullet : On est dans une démarche d'emploi des personnes handicapées depuis plus de 15 ans. On est aujourd'hui à un taux de 10,71 % donc au-delà de l'obligation légale. On plus de 3 500 personnes handicapées dans le groupe. On recrute sur tout le territoire français, donc on a peut-être un peu plus de facilités pour recruter en magasin, et c'est plus difficile dans les sièges.
Annick Radovic : On est pour fin 2011 à 4.40. La difficulté, c'est qu'il faut quitter ses proches. On est logé et nourri. Mais c'est un vrai frein. On a du mal. Le fait de devoir quitter son milieu familial, ses amis, c'est une démarche supplémentaire.


Peyo64 : Lorsqu'on est reconnu travailleur handicapé, est-ce que cela ne représente pas un risque au moment de faire les démarches pour rechercher un emploi ?
Séverine Reboullet : De prime abord, les entreprises sont en démarche d'emploi de personnes handicapées, dès lors que les personnes ont les compétences adéquates. Donc ce n'est pas un frein si le handicap est compatible avec l'emploi qu'on recherche.


zach_de_paris : Quels sont les types de postes auxquels un travailleur handicapé peut postuler dans vos entreprises ?
Séverine Reboullet : Tout. Il n'y a pas de poste réservé. Il faut une personne avec des compétences et le potentiel. Il n'y a aucune contrainte, aucune discrimination.
Annick Radovic : On est dans la même démarche. On emploie une personne, pas un handicap. On peut s'adapter. par exemple, on avait recruté un malvoyant et son poste avait été adapté. Pour certains postes, on ne peut pas passer au-dessus du diplôme.
C'est une personne avec des compétences et après on s'adapte.


peyo64 : Est-il nécessaire de signifier ce statut sur un CV ? Sinon à quel moment faut-il le dire à un employeur potentiel ?
Annick Radovic : C'est pas mal de le dire dès le début. Beaucoup d'entreprises sont engagées dans cette démarche et ont des structures avec des missions handicap ou autre, le CV sera regardé avec beaucoup plus d'attention. Il faut le dire quand on postule. Si on est pas bien avec cette démarche, cela peut créer des soucis au niveau de l'adaptation de poste. Chacun fait avec lui-même.
Séverine Reboullet : Je suis complètement d'accord. La personne est-elle à l'aise avec son statut ? C'est la question de base. On ne recrute pas une personnes handicapées, mais un profil. Ça doit être un élément du CV. C'est aussi pouvoir en parler au recruteur. Le recruteur va demander s'il faut des aménagements de poste, etc. Si la personne ne le mentionne pas sur le CV. C'est à elle d'estimer si le recruteur est en capacité de le comprendre. Et ça, c'est du relationnel. Si elle a un doute, elle peut se taire.


kivivra : Pourquoi tant de refus de poste dès la présence d'un handicap ? Malgré la présence de qualités requises ?
Annick Radovic : Je ne suis pas d'accord avec ça. Peut-être que cette personne a eu des refus ; maintenant, les personnes sont formées à ça. Ça fait cinq ans qu'on a une mission handicap au Club. Peu importe les handicaps , visibles ou non. Des personnes ont été recrutées en situation de handicap et sont toujours là. Ce n'est pas un frein et ça fait partie de nos valeurs. Aucune entreprise ne pourrait dire le contraire. La question est peut-être ailleurs.
Séverine Reboullet : On ne discrimine pas par rapport à un handicap .On ne s'aventurerait même pas dans cette expérience. Pour cette personne, soit la difficulté est ailleurs, soit les compétences n'étaient pas là. Ou alors le handicap n'est peut-être pas compatible avec le poste. Parfois, le handicap ne correspond pas avec le métier ou à leurs diplômes.


ChristineD : Seriez-vous prête à embaucher la personne quel que soit sont handicap ?
Séverine Reboullet : Au sein du groupe, on a tout type de handicap, même si on ne sait pas tout. on ne sait pas tous les handicaps dont elles sont porteuses. Pour les handicaps visibles, on a des personnes à mobilité réduite, des sourds, des malvoyants. Aujourd'hui, on représente toutes les familles du handicap. Aménagement de poste, d'horaires, du moment que c'est compatible.
Annick Radovic : Les handicaps ne sont pas difficiles à embaucher. C'est par rapport aux compétences. C'est à la personne de savoir si elle peut tenir tel poste. Nous n'avons que des temps pleins. Mais il peut y a avoir des aménagements d'horaires. Quelqu'un qui doit travailler en coupure pour sa fatigabilité, on ne voit pas lui dire de faire des journées continues. C'est de l'ordre de 4 à 6 mois, cela dépend des villages. Ça commence en décembre, pour la montagne, et finit en avril-mai. J'ai commencé comme ça il y a 30 ans.
Après on évolue. On peut former les salariés, qui le veulent, qui ont les mêmes valeurs. On a des personnes handicapées qui sont passées en CDI. En village, vous êtes logé et nourri. Par l'entreprise, au sein des villages, et on ne déplace pas toute la famille.


Léo : Je suis handicapé moteur lourd, recrutez-vous pour des postes en télétravail ?
Séverine Reboullet : On n'a pas actuellement de poste en télétravail. On l'envisage pour la filière informatique, mais ce n'est qu'un projet.
Annick Radovic : nous non plus. C'est une autre mise en place. Il y a le siège, où on recrute très très peu. C'est plutôt une aspiration des villages, qui se fait. Sur le siège, on a beaucoup de demandes de stages. Mais on n'a pas encore beaucoup de personnes handicapées qui veulent postuler sur ces stages, mais ça viendra.


Michel72 : Quel niveau d'étude minimum demandez-vous pour travailler dans vos entreprises ?
Séverine Reboullet : On a la chance d'avoir un panel important de métiers, du coup, on peut être sans diplôme ou avec. Jusqu'à bac+5 sur les sièges sociaux.
Annick Radovic : Tout ce qui concerne le fonctionnement d'un hôtel au service de la clientèle. Pour la réception, il faut parler couramment anglais. On a beaucoup de Russes, d'Israéliens... Pour s'occuper des enfants aussi, il faut le Bafa par exemple. Sur certains sports, vous avez des diplômes d'État qui sont exigés pour des raisons de sécurité. On a aussi de la plonge, des commis de cuisine, et on fait beaucoup d'alternance aussi. Il y a les femmes de chambre, où il faut une expérience. S'il y a un vrai potentiel, il faut savoir se vendre. la compétence de base, c'est ça. Si vous êtes à la réception, et que vous voyagez, vous développerez l'anglais, mais il faut une base.<


John : Est-ce que le processus de recrutement est plus long ? Après avoir postulé à une annonce, dans quel délai peut-on espérer être embauché ?
Séverine Reboullet : De notre côté, on s'acharne à diminuer les délais. On s'organise à ce que les délais soient de plus en plus courts. Pour une personne en situation de handicap, il n'y a pas de délai plus long. Il y a un délai classique au départ pour tous les candidats. Une fois ce délai passé, commence le tri des CV. Pour ceux qui sont travailleurs handicapés, on essaie de court-circuiter les process, les mettre au-dessus de la pile, donc c'est plutôt l'inverse. Lorsqu'on a le CV, si la personne est claire, cela se fait avant l'entretien.
Annick Radovic : Vous avez soit des CV déposés sur notre site, soit des CV qui arrivent directement à Lyon car notre cellule de recrutement est à Lyon. Tout repart vers Lyon. Quand le CV a été identifié comme venant d'une personne en situation de handicap, il y a une personne qui les regarde avec une attention particulière. Les personnes, elles sont reçues, quand identifiées et ont retenues notre attention, il y a des sessions de recrutement. On ne fait pas se déplacer les personnes. Ensuite, il y a des entretiens avec DRH et on présente de l'entreprise. C'est toujours en fonction du turn-over de l'entreprise. Nos sessions de recrutement se font quand il y a suffisamment de CV dans une région.


MOUSSI31 :Où dois-je envoyer mon CV ? Merci.
Annick Radovic : Pour les salons auxquels on participe, dédiés au handicap, ils sont notés sur notre site. On met son CV sur www.Clubmedjobs.fr. Il ne faut pas hésiter à revenir sur le site le lendemain ou le sur-lendemain. On peut voir sur ce site la diversité. Nous sommes aussi sous un pôle RSE. On voit toutes les opportunités.
Séverine Reboullet : Soit on regarde directement sur le site www.groupe-casino.fr
on peut adresser directement à Handipacte.


jj : Handicapé et directeur(trice), ça existe dans vos entreprises ?
Séverine Reboullet : On est toujours sur les compétences et le potentiel. On cherche aussi à ce que la personne évolue dans l'entreprise. On a des personnes qui étaient travailleurs handicapés qui ont accédé à des postes d'encadrement.
Annick Radovic : Nous avons deux personnes qui sont arrivées en tant que GO de base, et qui ont évolué avers des postes de directeurs de miniclub. Le handicap peut aussi survenir dans le cours de la vie. On accompagne aussi les personnes qui deviennent en situation de handicap.


lilly : Quelles actions auprès de vos chargés de recrutement avez-vous menées afin de les sensibiliser ?
Séverine Reboullet : C'est récurrent, tous les recruteurs ont été formés au moins une fois. Mais on continue après. On sensibilise en permanence, car le handicap est évolutif. Il s'agit d'être en adéquation avec cela. Donc on forme sans cesse, pour que tout le monde soit au top là-dessus. On a des formations très claires, sur comment on recrute en ne regardant que les compétences. Cela concerne toutes les diversités d'ailleurs, homme, femme, handicap ou non. En matière de sensibilisation, la semaine dernière, on a mis les recruteurs en situation de handicap à la sois malvoyant, sourd, pour faire prendre conscience qu'il ne faut pas s'autocensurer. On les met sans cesse en situation.
Annick Radovic : On sensibilise beaucoup par la parole. C'est intégré dans la stratégie RH. il faut beaucoup parler. Le dialogue s'instaure. Il y a quelque chose qui a fait beaucoup chez nous, c'est qu'il y a une personne qui travaille avec moi, au cœur de service recrutement dédiée à la mission handicap. quand on vous en parle toute la journée, ça commence à rentrer. Et quand des recruteurs viennent me voir, pour me dire qu'ils ont engagé quelqu'un, ils sont heureux d'avoir détecter ça. Comme les GRH sont aussi sur Lyon... J'occupe le terrain. On fait le bilan de la saison. on essaie de voir où il faut cibler.


Titi : Avez-vous du mal à recruter des travailleurs handicapés ? Si oui pourquoi ?
Annick Radovic : Pour nous, la raison c'est la mobilité. Quand on fait des salons sur Paris, il y a des commis qui se présentent pour travailler en cuisine. Il y a parfois des différences entre ce que les personnes veulent es ce que nous proposons. Le problème chez nous, c'est la mobilité et parfois même les compétences ne sont pas au rendez-vous.
Séverine Reboullet : Pour nous, ce sont sur les diplômes quand on recrute dans les activités support où là il faut un diplôme et nous avons des difficultés à trouver des candidats qui ont ce diplôme. Sur tout ce qui est métiers de bouche, il y a une pénurie de candidats qui ne vont pas vers ses profils. Nous avons une grande pénurie surtout aussi chez les personnes en situation de handicap .
Annick Radovic : L'année dernière, 10 personnes avaient été recrutées et quand on leur a dit de partir sur tel village, elles ont refusé.


grelinette63 : Avez-vous des des emplois senior ?
Annick Radovic : Nous sommes dans un recrutement normal de la génération Y.
Séverine Reboullet : Nous n'avons pas d'emplois réservés pour les seniors. Non, au contrairement, ça remplit plusieurs politiques de RH de l'entreprise. Les stratégies RH sont dans les publics prioritaires. Cela n'est pas une difficulté si la personne a les compétences, le potentiel et la motivation.
Annick Radovic : Nous sommes dans la même démarche.


Guillou Jos : En recherche active depuis un certains temps,disposant d'un B.T.S force de vente et suis major de promotion,multipliant mes recherches, j'aimerais, que l'on estime mes chances de pouvoir trouver un emploi qui me permette d'apporter mes compétences, et de nouveau m'épanouir ?
Séverine Reboullet : Actuellement, la période génère des temps plus longs de recrutement, car il y a peu de postes soit parce qu'il y a beaucoup de candidats qui postulent. Avant de donner une réponse, c'est quand même plus long car c'est une période particulière. Il ne faut pas se décourager, toutes les entreprises ont dû améliorer en temps le recrutement même si c'est mis à mal par la période actuelle. Il faut savoir être patient si on a le profil recherché. Il y a des recrutements quand même par rapport au nombre de candidats. Pour une offre on peut recevoir 500 candidats, des personnes handicapées ou non.


constance : Y a-t-il des recrutements comme chef de caisse ou commerciale de votre filiale banque sur Hyères et les environs ? D'avance merci.
Séverine Reboullet : filiale banque du côté du Hyères, on n'a pas. Nous n'avons que des espaces bancaires en magasins. Potentiellement, je ne sais pas s'il y a des recrutements dans ce magasin, mais si la personne a les compétences, pourquoi pas.


zabou : Je recherche avant tout un travail de secrétaire assistante et je me demande pourquoi chaque fois que l'on dit TH ça ne va plus, les personnes croient que l'on est plus bon à rien.
Annick Radovic : Secrétaire assistante tend à disparaître car chacun répond à ses mails. Il n'y a que les grands managers qui ont des assistantes de direction. Dans nos villages, ces métiers ont disparu. Plein de managers n'ont ni secrétaire ni assistante. Vous faites tout vous-même. Ceux qui sont dans l'entreprise, oui. La reconversion de la personne... Elle doit savoir ce qu'elle veut faire. Nous sommes une entreprise, pas un centre de formation ou un Pôle Emploi. C'est un métier qui chez nous est en voie de disparition.
Séverine Reboullet : C'est un métier qui tend à disparaître. Il n'y en a plus en magasin à prt les anciennes. On ne recrute plus ce genre de profil. Pour cette personne, il faut voir pour une reconversion possible et voir avec Cap emploi, une nouvelle formation possible.


Colette s : Bonjour. J'ai 55 ans, je suis à la recherche d'un emploi de secrétaire-comptable et malgré une formation diplômante d'un an en 2010/2011 je n'ai toujours pas d'emploi. Dès que je mentionne que je suis travailleur handicapé, les visages se figent. Pourtant, sénior et handicapé devraient être un avantage ! Que faire ? Cordialement Colette
Séverine Reboullet : Le poste de comptable, ils ne sont que dans une seule ville en France à Saint-Étienne, il faut donc être mobile. Le fait que la personne soit handicapée n'est pas un problème. Ce n'est pas une difficulté ni avec l'âge, ni avec le handicap .
Annick Radovic : Le service comptable, non. Sur le siège, c'est là qu'il y a le plus de personnes en situation de handicap avec des postes aménagés. Il y a eu un recrutement en CDD mais le poste n'est pas devenu pérenne, il y a pas beaucoup de mutation. Les gens ne quittent pas leur emploi comme ça. c'est la comptabilité pure.


Valérie : J'ai un handicap moteur assez léger, mais qui nécessite un aménagement de poste. Comment pouvez-vous prendre en compte cela si je postule dans votre entreprise ?
Annick Radovic : Elle postule pour quoi? où est l'adaptation du poste de travail. On a recruté une GO mini-club à cause du transport en montagne mais on va la mettre cet été plus près de la mer en France. La contrainte est vue avec elle, on a dit ok mais cet été... Je ne sais pas ce que veut faire cette jeune fille. Il faut rentrer dans un dialogue et savoir quoi faire. On a un GO avec un bras plus court que l'autre et on minimise donc les déplacements. C'est de la discussion et du bon sens.
Séverine Reboullet : Suivant ce que la personne et son handicap, on envisage tout type d'aménagement. Pas seulement l'aménagement agréé par le médecin, mais aussi une aménagement de bon sens. On est open. L'objectif est que la personne puisse réaliser sa mission. On est le lien mais nous ne faisons pas tout. Un candidat qui va être futur salarié discute avec le médecin, le futur manager. La personne peut connaître ses besoins mais si elle ne sait pas le médecin lui dira. On peut aussi faire intervenir un ergonome. C'est très utile surtout dans un maintien dans l'emploi. En général, les candidats sont bien informés de leurs besoins.


John : Qu'avez-vous mis en place dans vos entreprises comme aménagement ? Ascenseurs, rampe ?
Séverine Reboullet : On a de la clientèle donc nos sites doivent être accessibles. Les deux sièges sociaux sont accessibles à Saint-Étienne et Paris. Pour les magasins et entrepôts, certaines parties arrières ont été aménagées au fur et à mesure du temps pour que de nouveaux recrutements puissent être réalisés.
Annick Radovic : Le siège est accessible, on rend les agences accessibles aussi. C'est la loi de toute façon. On a fermé les Menuires car ce n'était pas accessible. L'hiver, je fais venir l'équipe de France handisport d'escrime pour montrer que c'est accessible. Il faut reconnaître que la PMR... Personne à Mobilité réduire. Il ne faut pas tenir compte que de la mobilité réduire. Nos GO sont informés des handicaps des clients.


Sylvie : De quelle manière informez-vous vos salariés des possibilités de se déclarer travailleur handicapé ?
Annick Radovic : C'est notre travail, c'est parler... Dans chaque village, il y a un responsable de ressources humaines qui est un lien avec nous. C'est mon référent dans le village. Sur le siège, je suis très liée avec le médecin du travail et les différents RH. L'année dernière, dix personnes se sont retrouvées en situation de handicap et je les ai aidées à faire leur dossier. Il y a aussi des personnes de villages et avec le RH, on initie un dossier. Il faut faire savoir que vous existez pour pouvoir aider.
Séverine Reboullet : On communique beaucoup pour que les collaborateurs se fassent reconnaître. On communique aussi auprès des RRH, mais aussi auprès des médecins de santé au travail. On a nommé un médecin référent groupe pour ainsi pouvoir expliquer que nous sommes dans une démarche de reconnaissance. Ainsi une centaine de personnes s'engagent dans une démarche de reconnaissance pour anticiper.


Constance : Il vaut mieux envoyer son CV dans les magasins ou au siège ?
Séverine Reboullet : Cela dépend de ce que vous recherchez, une poste d'encadrement, c'est uniquement sur le site du groupe. Si c'est un poste en magasin, il faut transmettre au magasin. une troisième voie, transmettre à la mission Handipacte sur l'adresse mail.


MAKI : C'est quoi Handipacte Mme Reboullet ?
Séverine Reboullet : C'est le nom de la mission handicap depuis maintenant douze ans.c'est un consensus entre tous les collaborateurs.


Constance : Je souhaite intégrer votre groupe tout en restant proche de mon domicile : j'habite Hyères.
Séverine Reboullet : C'est là que les possibilités sont limitées car ce ne peut être qu'en magasin, tout ce sont les seules possibilités existantes dans la Région.


Moussi : Bonjour, je souhaiterais savoir, si lorsque que l'on est en fauteuil roulant, l'on peux devenir inspecteur de rayon (surveillance vol), et si oui, auriez-vous un emploi pour moi ?
Séverine Reboullet : Soit on est manager de rayon, c'est de la mise en rayon soit de la sécurité, mais la sécurité est sous-traitée par une entreprise. Je ne peux répondre qu'au premier. Manager de rayon, si la personne a les compétences et le potentiel et que le médecin donne l'aval, c'est bon. Mais si la personne est à mobilité réduite, il peut y avoir des difficultés. son handicap est toujours compatible avec le poste. C'est peut-être là, la difficulté. Soit il n'y a peut-être pas de postes disponibles. Est-ce un problème de géographie, de handicap compatible avec la grande distribution ?


fleur : Bonjour, je suis travailleur handicapée, j'ai fait plusieurs remplacements au rayon coupe fromage et charcuterie dans 1 casino 04, ça me plaisais énormément, le contact avec le client, la préparations du rayons...pourrais-je savoir qui contacter dans le 04 pour 1 poste similaire,car là où j'étais ils ne m'ont plus rappelé car le dernier poste occupé était en rayon et je n'ai pas pu assumer suite à mon handicap.mais comme je devais travailler je l'ai fait en avertissant toutefois de mes problèmes au Directeur.
Séverine Reboullet : Là encore, c'est tout à fait possible selon la région, la ville où est la personne. Certaines villes sont en recrutement, d'autres pas car il y a moins de turn-over.
Ça dépend de la région.


KILO : Mon problème de poids engendre des contraintes médicales, est-ce que pour vous ce serait un frein à une embauche chez Casino ?
Séverine Reboullet : Pas forcément de prime abord. Cela dépend du type de poste où elle postule. On aménage en fonction du port de charges lourdes, soit par rapport au déplacement. On voit ce que l'on peut faire.


Richard : Croyez-vous possible de trouver un job au Club Med à 56 ans avec un très faible handicap non visible ? J'ai l'air plus jeune, je look jeune et je parle anglais correctement.
Annick Radovic : Oui, il faut postuler. Il faut aller sur le site Internet . Je ne sais pas quel job il veut faire.
Ce n'est pas un frein. Après... J'imagine quelqu'un à la réception qui connaît parfaitement son métier et parle quatre langues. On est dans la compétence Avant tout.


DJAMILA : Bonjour, y a-t-il une limite d'âge pour travailler au Club Med ?
Annick Radovic : Non, il n'y a aucune limite d'âge. Il ne faut pas tout mélanger. On n'est pas en vacances. On travaille. Ce sont les gens qui sont en vacances. nous, on offre du travail. On recrute tout type d'âge.


nif : Vous avez parlé du handicap invisible. Qu'est-ce que c'est ? Cela s'étend jusqu'où ? Une hépatite peut être considérée comme handicap?
Annick Radovic : Oui, je pense que oui. il ferait bien de faire un dossier RQTH. Je ne suis pas médecin mais cela dépend de quel type d'hépatite. Il n'y a pas une liste très formelle des maladies considérées comme handicap, il doit voir ça avec son médecin et il aura une réponse à la suite du dépôt de son dossier.


Fabien : Bonjour, comment mettre à profit 10 ans d'expérience dans l'animation de centres de remise en forme quand on devient TH ?
Annick Radovic : Reste à savoir si son handicap lui permet encore de tenir le même poste.
Je sais que l'on recherche des assistants responsables SPA, c'est du confort dans nos villages. Il faut qu'il postule car le dossier comme ça est intéressant mais je ne vois pas...
Il faut qu'il postule.


ladygaga : Et utilisez-vous l'alternance comme moyen de recruter des personnes handicapées ?
Annick Radovic : Oui. Nous, en allant sur le site d'ailleurs, elle va pouvoir voir tous les métiers concernés par l'alternance et les écoles avec qui on travaille. Là On a recruté un maître-nageur et une personne pour le son.
Séverine Reboullet : C'est une priorité de notre dernier accord. C'est très important. On est sur tous types de niveaux. Ça peut être Bac Pro, BTS, Bac + 5.


NOAM : Est-ce que je serai soutenu par quelqu'un si je suis embauché chez Club med ou Casino ? un parrain ?
Séverine Reboullet : Dans l'alternance, on a forcément un tuteur, dans le recrutement, c'est au cas par cas. Toute les personnes en situation de handicap ne veulent pas de parrain ou n'en ont pas besoin. si la personne trouve ça nécessaire, elle en aura un.
Annick Radovic : Chez nous, c'est le GRH qui est l'interlocuteur du salarié recruté, il lui dit où il va aller l'année suivante. Il y a une personne au service recrutement qui appelle les personnes, tout le monde peut nous appeler, nous ne sommes pas intouchables.


Mimou : Et après un stage on a des chances d'être embauché ?
Séverine Reboullet : C'est un excellent moyen. C'est un tremplin vers un emploi durable.
Annick Radovic : Faire un stage oui et même au siège. ils sont sur notre site de recrutement. Les promesses de recrutement, c'est une autre nébuleuse. C'est vraiment un bon tremplin.


Journaliste : Un mot de conclusion ?
Séverine Reboullet : Ne pas avoir peur et ne pas s'autocensurer. Il ne faut pas hésiter. Au pire, nous donnerons un conseil en expliquant.
Annick Radovic : Osez... J'entends beaucoup de jugements sur les entreprises par rapport au handicap . On s'organise, prenez des risques. Il y a des opportunités, il faut les saisir.
Welcome! Il y a des gens à l'écoute et en allant sur notre site, on est sur des salons aussi. Venez nous rencontrer, on vous répondra.


Annick Radovic : Merci.
Séverine Reboullet : Merci.
MAKI : Merci ça me donne du courage et de la motivation !
NOAM : Et bien alors à bientôt !
ILEM44 : Salut et merci.
Modérateur : Le chat est maintenant terminé. Merci beaucoup pour vos questions.

Les participants

Photo de Séverine REBOULETSéverine REBOULLET
Directrice SST/Handipacte

Site carrière du groupe Casino

Logo Casino
Voir les offres d'emploi sur : PacaJob  | OuestJob | EstJob
Photo de Annick RADOVICAnnick RADOVIC
Responsable Mission Handicap

Site carrière du Club Med

Logo Club Med