Vie professionnelle

Stress au travail : les entreprises françaises à la traîne

Stress au travail : les entreprises françaises à la traîne

Durant l'année 2010, l'Anact a évalué les politiques de prévention des risques psychosociaux de 431 entreprises françaises. La moitié d'entre elles déclarent mener des actions mais leur score reste inférieur à celui des autres pays d'Europe en matière de prévention.

Durant l'année 2010, l'Anact a relayé en France la campagne européenne "Work in tune with lie" sur la prévention des risques psychosociaux et a mené son enquête auprès de 431 entreprises grâce à un questionnaire en ligne. Les résultats récemment publiés indiquent que si près de la moitié des entreprises disent avoir lancé une action en matière de risques psychosociaux, le score moyen des entreprises françaises est inférieur à celui des autres pays européens avec 39 contre 53 en moyenne. Et sur ces entreprises, seulement la moitié s'implique activement dans l'élaboration de cette politique. Pire, alors qu'un peu plus de la moitié des entreprises déclarent intégrer la prévention du stress et des risques psychosociaux dans leur politique de santé, seules 18% déclinent cette intention avec des objectifs opérationnels et chiffrés.

Une mise en place opérationnelle laborieuse
Pour le moment, la santé au travail est surtout considérée comme une valeur mais elle n'a pas encore vraiment de "déclinaison opérationnelle". Pourtant, tout n'est pas négatif dans les entreprises françaises et celles-ci démontrent malgré tout une volonté de s'impliquer dans la prévention du stress et des RPS. Malgré des moyens jugés insuffisants, on assiste à l'émergence de groupes de travail et d'une fonction dédiée : celle de responsable prévention RPS. Ces groupes de travail dédiés ont souvent une approche paritaire et/ou participative.
Des axes d'amélioration demeurent donc, parmi lesquels la mise en place de dispositifs d'évaluation a posteriori des actions de prévention des RPS par les entreprises elles-mêmes, la mise en place d'actions de formation, vis-à-vis des managers notamment, et d'actions de retour à l'emploi ou d'aménagement de poste des personnes en difficulté.

Partager cet article sur :

le 31/03/2011


En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU


Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi