Marché de l'emploi

Les salaires des commerciaux BtoC

Les salaires des commerciaux BtoC

Les entreprises ont plus que jamais besoin de gagner des parts de marché. Pour les commerciaux, c’est l’occasion de négocier de jolies primes auprès des employeurs, révèle une étude du cabinet de conseil PeopleBase CBM pour le magazine Capital.

Les augmentations ne seront pas mirobolantes en France. Selon Cyril Brégou, associé du cabinet d’évaluations salariales PeopleBase CBM interrogé par Capital, les hausses de salaire "ne devraient pas dépasser 1,5%", contre 2,04% en 2013 et autour des 3% avant 2008…

Un constat qui s’appuie sur l’étude de 300 000 bulletins de salaire dans 150 fonctions et 10 secteurs d’activité. Mais tous les salariés ne sont pas logés à la même enseigne. Ainsi, "les commerciaux peuvent négocier de coquettes primes, la plupart des entreprises comptant sur leurs efforts pour tirer les ventes et gagner des parts de marché", explique le magazine économique.

Quelle hausse de salaire pour les commerciaux ?

L’argent a toujours été le nerf de la guerre. C’est encore plus vrai aujourd’hui alors que les entreprises ont besoin de remplir les carnets de commande. Pour attirer et encourager les commerciaux dans leurs efforts, les entreprises ont d’ores et déjà augmenté le salaire moyen du secteur de 1,35%. Soit un salaire brut de 62 134 euros annuels en 2014.

Au sommet, on retrouve le directeur commercial avec une rémunération de 125 429 euros annuels. Les commerciaux grands comptes affichent un salaire moyen de 72 755 euros brut annuels (dont 54 980 euros de fixe) suivis par les ingénieurs commerciaux (61 666 euros brut).

La banque et l’assurance, des secteurs porteurs

Malgré le contexte, les secteurs de la banque et de l’assurance restent rémunérateurs selon PeopleBase CBM. La banque de détail est celle qui paie le moins bien dans le secteur : un chargé de clientèle particulier touche en moyenne un salaire de 36 749 euros brut annuel, contre plus de 54 000 pour un chargé de clientèle entreprises et 63 874 euros pour le directeur d’une agence bancaire, primes incluses. Si les salaires sont plutôt fixes dans ces secteurs, il existe des opportunités d’emploi, explique Cyril Brégou à Capital, les "établissements bancaires étant à la recherche perpétuelle de chargés de clientèle pour animer leur réseau d'agences".

Dans la finance, des salaires au top

A l’inverse de la banque et de l’assurance, les salaires de la finance auraient plutôt tendance à progresser. Les sales (intermédiaires entre traders et clients) peuvent ainsi toucher un salaire compris entre 72 152 et 123 908 euros brut annuels, primes incluses. Les actuaires, les analystes crédit, les analystes financiers, les contrôleurs de risques, les inspecteurs bancaires et les directeurs d’agences voient leur salaire s’échelonner entre 55 000 et 65 000 euros brut annuels.

Partager cet article sur :

le 24/11/2014



Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi