Vie professionnelle

Privé, public : des conditions de travail différentes

Privé, public : des conditions de travail différentes

Horaires à rallonge, port de charges lourdes, tensions avec le public... les agents du public et les salariés du privé doivent faire face à de nombreuses contraintes au travail, révèle la Dares.

Il n’y a pas que les salariés du privé qui en bavent. Parmi cinq contraintes physiques intenses (rester longtemps debout ou dans une autre posture pénible, effectuer des déplacements à pied longs ou fréquents, porter des charges lourdes et subir des vibrations), 34,9% des employés du privé et 31,7% du public en subissent au moins trois dans le cadre de leur emploi. Mais ce sont les salariés agricoles (63,4%), les salariés de la construction (63,4%) et les agents de la Fonction publique hospitalière (52,2%) qui sont les plus concernés, indique la Dares dans une récente étude.

Des contraintes horaires différentes selon les secteurs

Concernant les horaires de travail, les longues durées (40 heures ou plus par semaine) sont globalement plus fréquentes au sein de la Fonction publique de l’Etat (38,6% des agents) et dans l’industrie (37% des salariés). Les agents de la Fonction publique hospitalière (FHP) sont les plus touchés par le travail le samedi suivis par les salariés du commerce, des transports et de l’agriculture. Dans ces trois mêmes secteurs, les salariés se disent également plus visés par le travail dominical. Les agents de la FHP sont aussi ceux qui se déclarent le plus touchés par le travail de nuit, suivis par les salariés de l’industrie.

Un rythme de travail plus soutenu dans la FPH, l’industrie et le commerce

Les salariés du privé (46,2%) et les agents du public (46,7%) doivent régulièrement faire face à des pics d’activité, selon la Dares. L’interruption d’une tâche pour une autre non prévue est le quotidien des salariés du commerce et des transports et de l’industrie (64,4%) et par 78% des agents de la FHP.

Plus de 4 salariés sur 10 se plaignent également d’un travail excessif, de même que les agents hospitaliers (53,1%) et les agents de l’Etat (44,7%).

Violence au travail : le public particulièrement touché

En relation plus fréquente avec le public, les agents du public sont aussi ceux qui vivent le plus des situations de tension et rencontrent des personnes en situation de détresse. C’est particulièrement vrai pour les agents de la FPH qui subissent davantage d’agressions verbales que l’ensemble des autres salariés du privé et agents du public.

Partager cet article sur :

le 12/01/2015


En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU


Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi