Marché de l'emploi

Pourquoi les 35 heures font-elles encore débat ?

Pourquoi les 35 heures font-elles encore débat ?

Emmanuel Macron, qui n’a jamais particulièrement défendu les 35 heures, voit d’un bon œil la réforme du Code du Travail qui, selon lui, entraînerait « de facto » leur suppression. Énième provocation du ministre de l'Economie ou fin programmée des 35 heures ?

Comme annoncé fin 2015 par Manuel Valls, la réforme du Code du travail sera présentée lundi 25 janvier en fin de matinée par Robert Badinter. Une remise à plat qui doit permettre de favoriser la reprise de l’emploi alors que le Code du travail est perçu illisible par les employés comme les patrons. Parmi les propositions retenues, un assouplissement des 35 heures et davantage d’accords d’entreprises visant à « fixer le taux de majoration ou le nombre d’heures supplémentaires ». Pour Emmanuel Macron, « cela veut dire que vous pouvez créer plus de flexibilité » et, selon son interprétation, signifie « de facto » la fin des 35 heures. De quoi relancer un débat aussi vieux que les 35 heures…

> 35 heures, le retour d’un faux débat

Entrées en vigueur en 2000, les 35 heures ont été dès leurs origines assouplies par la gauche puis une seconde fois par la droite en 2002, principalement grâce aux heures supplémentaires. En 2008, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, les entreprises ont également pu fixer par elles-mêmes leurs contingents d’heures supplémentaires ainsi que l’organisation du temps de travail.

> La France n'est plus vraiment le pays des 35 heures

Selon les études, la durée moyenne hebdomadaire du travail s’élève à 39,5 heures en France. Ainsi, les employés déclarent travailler 1 683 heures quand la durée légale est fixée à 1 607 heures. Ils dépasseraient même leurs voisins européens alors que la moyenne de l’Union européenne atteint 35,6 heures…

> Les 35 heures, efficaces pour l'emploi ?

En 2014, la députée PS Barbara Romagnan rendait un rapport sur les 35 heures. Selon elle, entre 1998 et 2001, elles auraient permis de créer « plus d'emplois que jamais auparavant dans son histoire, et plus d'emplois par point de croissance annuelle que dans les périodes précédentes et suivantes ». Précisément, les 35 heures ont abouti à « 350 000 emplois et ainsi contribué à réduire le chômage », écrit la députée. Pourquoi alors vouloir modifier les 35 heures ? Car le sujet est avant tout politique. Barbara Romagnan estime en effet que la réduction du temps de travail est la clé pour faire face à la crise de l’emploi. Un point de vue qui ne fait pas l’unanimité.

> Les Français champions de la productivité, et alors ?

Pendant des 35 heures : la productivité des salariés. Si on critique fréquemment la durée de travail des Français, un contre argument est d’arguer que les employés produisent beaucoup en peu de temps. Et alors, que faut-il comprendre ? Dans une étude l’OCDE explique que la croissance de l’emploi va en général de « pair avec une plus faible croissance de la productivité du travail moyenne mesurée». La France aurait-elle fait le choix d’un chômage endémique ?

> Les Français champions du monde des vacances ? Oui, et c'est très bien !

Maudits Français, outre des semaines de travail courtes, ils bénéficieraient - avec d’autres voisins européens - de vacances à rallonge. Dans un article The Guardian souligne pourtant que : «Ces fainéants de Français, de Hollandais et de Danois 'performent' plus que les autres membres de l’UE, Allemands et Britanniques inclus». Et de rappeler une analyse du très sérieux Financial Times selon lequel de moindres heures passées au travail sont souvent couplées avec des pics de productivité... Travailler moins pour travailler mieux ?

Partager cet article sur :

le 25/01/2016 par Guirec Gombert


En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU


Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi