Marché de l'emploi

L'alternance, 1ère source d'insertion des jeunes

L'alternance, 1ère source d'insertion des jeunes

Le contrat d'alternance reste la première source de recrutement des jeunes selon une étude et elle devrait le rester pour 2011, tout comme les stages. Deux moyens que plébiscitent les entreprises pour une meilleure intégration des jeunes, et qui répond mieux à leurs besoins. Toutefois, les employeurs déplorent la mauvaise adéquation entre l'offre de formation existante et leurs besoins sur le terrain.

L'ANDRH et Inergie viennent de publier les résultats de leur enquête sur l'insertion des jeunes et en particulier, sur les pratiques des entreprises en matière de recrutement et d'intégration des jeunes. Plusieurs aspects y sont mis en exergue. Que ce soit par la professionnalisation ou l'apprentissage, les entreprises plébiscitent l'alternance pour recruter des candidats de 25 ans et moins. Mais elles jugent la formation des jeunes encore trop peu adaptée à leurs besoins sur le terrain...

2011 : année du stage et de l'alternance
L'enquête d'Inergie et de l'ANDRH annonce une année quelque peu morose pour des candidats de 25 ans et moins. Les entreprises privilégieront le recrutement via l'alternance et auront moins recours aux CDI et CDD qu'en 2010. Mais ces embauches concernent surtout les profils de niveau Bac +2/3. Pour les recrutements en stage, qui concernent plus particulièrement les profils Bac +5, l'année sera faste, mais sans pour autant de réelles opportunités de CDI.

Les freins au recrutement des jeunes
Ces obstacles à l'embauche des jeunes ne sont pas d'ordre structurel ou liés à des stéréotypes ou a priori envers les jeunes. Ils tiennent beaucoup plus à la mauvaise adéquation entre les formations existantes par rapport aux besoins des entreprises. Mais pas seulement. La méconnaissance des jeunes du monde de l'entreprise est également mise en cause. Bien qu'ils soient souvent très bien perçus des employeurs en général, on leur reproche d'être en décalage avec le monde professionnel. Mais à qui la faute ?

Les attentes des DRH
Symboles de la relève et de la pérennisation des savoir-faire, ils ne respecteraient pas assez les règles de l'entreprise, comme les horaires ou le principe de hiérarchie... Et surtout, cette nouvelle génération place sa vie privée en tête des priorités, avant la vie professionnelle, ce qui semble étonner les recruteurs. Mais la Génération Y a beau être "en rupture avec les valeurs traditionnelles de l'entreprise", elle n'est reste pas moins porteuse des valeurs de l'entreprise de demain, et très réaliste. Elle apporte "un souffle frais" à l'entreprise lié à son dynamisme et son regard neuf sur les choses.

Mais aujourd'hui les entreprises surtout beaucoup des pouvoirs publics : qu'ils agissent en faveur une meilleure adaptation des formations à leur besoins et d'une meilleure préparation des jeunes à la vie en entreprise. Mais également en faveur d'une meilleure orientation des jeunes dans leurs choix professionnels, et de plus de flexibilité sur les CDD / CDI.

Etude réalisée en partenariat Andrh / Inergie, téléchargeable sur www.andrh.fr et www.inergie.com

© auremar - Fotolia.com 

Partager cet article sur :

le 11/02/2011



Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi