Marché de l'emploi

"La clé du problème de l'emploi des seniors, c'est la croissance"

"La clé du problème de l'emploi des seniors, c'est la croissance"

David Spire fait partie des fondateurs de Managers50. Un cabinet créé en 2012 qui accompagne les recruteurs dans leur recherche de cadres expérimentés en leur conseillant d'embaucher des seniors. Selon lui, les réformes et dispositifs en faveur de l'emploi des seniors n'auront pas beaucoup d'effets tant que la croissance ne sera pas repartie.

Les différentes réformes politiques destinées à encourager l'embauche des seniors (comme le CDD senior ou les plans seniors), n'ont eu pas vraiment d'effets importants, comment l'expliquer ?
D'abord parce que la principale préoccupation des entreprises, c'est le business. Elles ne fonctionnent pas sous la menace : sanctionner les entreprises qui ne mettent pas en place des plans d'actions seniors n'est pas une bonne méthode. Les plans d'actions sont longs à élaborer, les services RH des entreprises ont déjà beaucoup de dossiers à traiter. Dans un contexte difficile, ils se concentrent en priorité sur la bonne marche de l'entreprise. 
Ensuite, parce que les entreprises recrutent des seniors à partir du moment où elles ont un besoin de compétences, un poste à pourvoir. La clé du problème de l'emploi des seniors, c'est donc la croissance. 

Est-ce que ces réformes ont tout de même permis de changer les mentalités sur la place des seniors en entreprise ?
Pour les postes de cadres, les entreprises ont bien compris l'intérêt d'embaucher des populations seniors. Il n'est pas nécessaire de leur dire. 
Les cadres seniors ont toute leur place dans l'entreprise. Ils ont une capacité d'adaptation importante, ils savent comment rebondir et décrocher une opportunité quand elle se présente. Pour les non-cadres, le problème est plus complexe : après une carrière en usine de plusieurs décennies par exemple, vous ne savez pas forcément comment chercher un emploi et il faut souvent envisager une reconversion, se former à un nouveau métier. 

Du côté des cadres seniors quels sont les "handicaps" qui compliquent leur recherche d'emploi ?
Ce que nous constatons sur le terrain, c'est que les candidats pour des postes de cadres ne sont pas assez mobiles. Nous sommes souvent confrontés aussi à des candidats qui ne parlent pas anglais, c'est aujourd'hui un vrai critère dans beaucoup d'entreprise sur les postes de cadres. Enfin, il y a aussi une question d'état d'esprit : assumer d'être senior et d'avoir beaucoup d'expérience. C'est une force dont il faut être fier et que les candidats doivent apprendre à mettre en avant. 

Le contrat de générations est la prochaine réforme à venir qui concerne des seniors. Ce dispositif qui entrera en vigueur en 2013 fait le lien entre les jeunes et les seniors et mise sur la transmission du savoir-faire et le tutorat, est-ce une bonne idée ?
C'est très intéressant d'encourager le travail intergénérationnel et d'améliorer la transmission du savoir-faire au sein des entreprises. Mais je ne suis pas sûr que le contrat de génération aille dans ce sens-là. Tant que la conjoncture n'est pas bonne et qu'il n'y a pas de créations d'emploi, toutes ces démarches n'ont pas beaucoup de sens. Même si à priori la réaction des entreprises semble favorable, il faudra l'organiser en interne. Et aujourd'hui ce n'est pas leur principale préoccupation. La priorité des entreprises à court terme c'est de maintenir leur activité et leurs emplois. C'est une réforme nécessaire mais qui aura un impact quand la croissance sera revenue à un niveau raisonnable.
Dans le détail pour les grandes entreprises, le système de pénalités ne sera pas non plus pertinent si la croissance ne repart pas. Pour les plus petites structures les avantages financiers, de l'ordre de 4000 euros sur une année, ne représentent pas grand-chose au regard du coût salarial d'un jeune et d'un senior. D'autant plus qu'il a été négocié que le senior ne sera pas forcément celui qui formera le jeune. On risque de perdre le côté intéressant de transmission du savoir-faire. 
L'autre limite, au niveau des postes de cadres, c'est que les jeunes et les seniors n'occupent pas du tout la même fonction. Mettre en place une politique de travail intergénérationnel peut donc paraître pertinente sur le papier, mais dans les faits, c'est beaucoup plus compliqué à organiser. 

Quelle autre mesure serait plus intéressante à mettre en place ?
Pour les jeunes qui souhaitent créer leur entreprise il serait peut-être intéressant de leur proposer un accompagnement par des seniors au chômage qui ont plus d'expérience. Ce " tutorat " serait utile pour aider les jeunes entrepreneurs à acquérir les bons réflexes pour lancer une activité et créer de nouveaux emplois. Mais encore une fois, ce sera efficace si la croissance est au rendez-vous. 

Il ne faut donc pas trop attendre des réformes à venir ?
A court terme, non. C'est une démarche politique qui pourra être intéressante dès lors que l'économie aura retrouvé un rythme "normal". 

Partager cet article sur :

le 16/11/2012


En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU


Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi