Entreprises qui recrutent

IFB France : témoignage d'une Conseillère Commerciale en Patrimoine

Comment se passe la journée type d'un conseiller commercial en patrimoine IFB France ? Quels sont les avantages du statut d'indépendant ? Stéphanie Verkindere, conseillère depuis l'an dernier, témoigne de son parcours et donne quelques conseils pour réussir dans ce métier.

Depuis quand êtes-vous mandataire IFB France et pourquoi avez-vous décidé de devenir conseillère en patrimoine ?
Ayant fait le choix d'être indépendante, j'ai choisi IFB France pour m'accompagner dans mon métier, ceci depuis le mois de mars de l'année dernière. Auparavant, je travaillais dans une banque où j'avais acquis des connaissances dans le secteur financier. Je ne voulais plus forcément travailler dans ce secteur mais je voulais continuer à développer et exploiter mes connaissances.

Vous connaissiez déjà les métiers du patrimoine. Est-ce que vous avez été formée lors de votre intégration chez IFB France ?
Oui, d'ailleurs j'ai été très satisfaite de la période de formation chez IFB France qui est très complète. J'ai appris beaucoup plus de choses en quelques mois que dans le secteur bancaire où il faut se former sur le tas. On nous donne tous les outils nécessaires pour aller chercher les informations là où elles se trouvent et les restituer à nos clients. Cette formation initiale dure en général deux à trois mois, à raison d'une semaine par mois à Toulouse ou Paris. Tout est passé en revue : la fiscalité, les placements, la relation avec le client, les questions à poser, etc.

Quelle est la journée-type d'un conseiller en patrimoine chez IFB France ?
Il n'y a pas de journée type à proprement parler. Cela change de mon ancien métier dans la banque. Toutefois, l'implication est entière et tout doit être planifié et organisé. Nous pouvons rencontrer toutes sortes de clients, à tout stade de projet. Nous travaillons sur des contacts fournis, sur notre clientèle ou sur les personnes qui nous sont recommandées. La démarche est systématique : Ecoute, Analyse, Conseil. Cela nécessite de notre part d'être toujours au top des connaissances. Ceci est indispensable à l'accomplissement de notre métier.

L'avantage de votre statut d'indépendant c'est que vous organisez vos rendez-vous comme vous le souhaitez ?
Oui, c'est primordial pour moi de pouvoir exercer mon métier avec un emploi du temps flexible. Je m'organise au mieux pour pouvoir satisfaire mes clients et m'occuper de ma famille. J'ai déterminé mon secteur géographique de travail en fonction de mes ambitions et met en place mes actions commerciales.

Vous travaillez de manière indépendante mais il y a quand même un accompagnement de la part d'IFB France?
Oui, nous sommes accompagnés par notre responsable de région qui relaie la formation initiale. Et puis, nous avons un chargé de développement qui chapeaute plusieurs régions. Il aide les nouveaux arrivants accompagnant pendant les premiers rendez-vous, par exemple. C'est un avantage quand on débute dans ce métier. Nous sommes aidés dans toutes nos démarches commerciales et administratives.

En termes de rémunération le statut d'indépendant est plus intéressant aussi par rapport à un emploi salarié ?
Oui, à condition que les rendez-vous se concrétisent. Il ne suffit pas d'être un bon conseiller, il faut aussi être un bon commercial. On apprend au fur et à mesure par expérience. Dans ce métier, il y a de la concurrence. Mais à partir du moment où les résultats sont là, la rémunération est au rendez-vous.

Quelles sont les autres qualités nécessaires pour réussir dans ce métier de conseiller en gestion ?
Il faut avant tout une grande écoute et un respect du client qu'on a en face de soi. Sans ce respect, on travaille mal et on est considéré comme des vendeurs de porte-à-porte. Alors que notre métier n'a rien à voir avec cette image. Nous apportons de la valeur ajoutée, il faut donc être à la hauteur des produits de bonne qualité que nous proposons.

Qu'est ce que vous donneriez comme conseils aux personnes qui hésitent à se lancer dans ce genre de carrière ?
Pour réussir dans ce métier, il faut aimer l'indépendance. Mais IFB France nous accompagne et nous faisons ainsi partie d'une grande équipe. Il faut se donner des défis et se fixer des objectifs de résultats. On en tire toujours des leçons des expériences. Si on n'est pas efficace, il faut corriger le tir et persévérer.
Le moteur important reste la rémunération. Je ne pense pas qu'en tant que salariée, j'aurai pu avoir de telles perspectives de revenus. Quand on en a pris conscience, il suffit d'aller de l'avant.

Partager cet article sur :

le 25/02/2011


0 offres d'emploi

Nous n’avons pas trouvé offre correspondant à votre recherche.
Pour obtenir plus de résultats élargissez votre recherche sur un département ou une région.


Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi