Marché de l'emploi

Quand les entreprises recherchent leurs incroyables talents

Quand les entreprises recherchent leurs incroyables talents

Au sein des ressources humaines, la mode est à l’embauche de « talents ». Un terme flatteur pour les candidats mais pour quelle réalité en entreprise ?

Combien d’offres d’emploi indiquant « à la recherche de notre futur(e)s talent » ? Pas dans toutes les branches et corps de métiers évidemment. Il est plus rare de lire « recherche maçon talentueux » qu’« à la recherche d’un talentueux chef de projet mobile». L’un l’est-il vraiment moins que l’autre ? Et d’ailleurs qu’est-ce qui fait le talent ? Ce terme initialement utilisé par les RH anglais, aujourd’hui repris par les ressources humaines en France, est tiré de son équivalent français, mais dans la langue de Molière il possède plusieurs sens : don, aptitude remarquable, capacité, etc. Existe-t-il un gène du commercial doué ? Par quel talent devient-on « social media manager strategist » ? A-t-on une aptitude particulière à comptabiliser les résultats financiers de son entreprise ?

Les talents et la marque employeur

La notion de talents s’est certainement popularisée grâce aux grandes entreprises américaines, GAFA en tête (Google, Apple, Facebook, Amazon), dont certaines trustent les classements des entreprises les plus prisées des étudiants. Celles-ci recrutent des talents prêts à s’investir corps et âmes pour des entreprises qui les bichonnent : cafétéria, salle de sport gratuite, toboggan entre les étages, etc. Au-delà du fun d’apparence, ces entreprises mettent aussi la main à la poche pour attirer les talents. Ce que toutes les entreprises ne peuvent pas faire… Derrière ces talents se trouvent aussi des candidats triés sur le volet, avec un pedigree souvent proche, les grandes écoles étant le dénominateur commun.

Pourtant les autres sociétés suivent le mouvement et s’inspirent de ces stratégies de marque employeur. Pour gagner la « guerre des talents », elles se déclarent par exemple entreprises libérées, en supprimant les niveaux hiérarchiques pour laisser les talents innover ou encore en aménageant des horaires souples pour leurs employés. Ici on propose un babyfoot, là une console de jeux et les boîtes à idées fleurissent, chacun ayant le droit, voire l’obligation, à s’exprimer.

Donner du sens au travail ?

Le terme talent révèle une autre réalité : l’engagement des salariés. Les études et sondages d’opinion le confirment, les salariés ont plus que jamais besoin de donner du sens à leur travail. Un sentiment de plus en plus partagé et ce, paradoxalement, à mesure que l’emploi recule… Combien d’articles expliquant aux RH qu’il leur faut retenir les talents ? Pourtant avec l’accroissement général du niveau d’études, les bons profils sont légion, bien plus que les postes à pourvoir. Un nouveau recrutement peut coûter cher à l’entreprise mais au vu des profils interchangeables embauchés, la maxime « nul n’est irremplaçable » a rarement fait autant sens.

Et si finalement le mot talent permettait aux entreprises de faire passer la pilule ? A défaut d’un marché de l’emploi florissant, on laisse entendre à ceux qui restent qu’ils ont un… incroyable talent.

Ces mots à la mode concernant l’emploi et le management

Partager cet article sur :

le 20/01/2016 par Guirec Gombert


En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU


Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi