Marché de l'emploi

Emploi : ce qu'il ne fallait pas rater en 2014

Emploi : ce qu'il ne fallait pas rater en 2014

L’année a été riche pour le marché du travail : chômage à la hausse et salaires à la traîne, difficulté accrue pour les jeunes à s’intégrer dans l’emploi… Mais tout n’a pas été sombre en 2014, à l’image de ces salariés qui ont fait preuve de générosité en offrant leurs jours de RTT à un collègue dont l’enfant était malade. En 12 articles, voici un condensé de l’année écoulée selon la rédaction de RegionsJob.

Janvier - Emploi : les jeunes, "une génération sacrifiée", vraiment ?

Une étude de l’Insee qui fait du bien. Alors que le contexte est morose et la situation très clairement peu favorable aux jeunes désireux d’entrer sur le marché du travail, l’Institut a montré comment depuis les années 80 "les jeunes semblent avoir été capables de surmonter les effets d'une entrée au mauvais moment sur le marché du travail" et ce en un laps de temps "plus court en France que dans beaucoup d'autres pays". On ne peut que souhaiter à la génération actuelle de pouvoir aussi bien rebondir que celle déjà en poste…

Février - "Il faut permettre aux entreprises de mieux rémunérer les stagiaires"

Fin février, les jeunes sont toujours à l’honneur. Alors que le gouvernement proposait une nouvelle loi pour mieux encadrer le statut des stagiaires, Amaury Montmoreau, président d'AJStage, décryptait les prémices du texte de loi. L’occasion aussi pour lui de lutter contre certaines idées reçues. «Il est indéniable qu'il existe des abus, on les estime d'ailleurs à 100.000 pour environ 1,5 million de stagiaires. Ça n'est pas rien mais de là à dire que tous les stages sont des emplois déguisés c'est faux. Il faut aussi garder à l'esprit que les entreprises souhaitent embaucher du personnel déjà opérationnel, les stages permettent aux étudiants de répondre aux exigences des entreprises», rappelait très justement M. Montmoreau.

salarieheureux_opt

Mars - Un salarié heureux est un salarié plus productif

Conjuguer bonheur et travail n’est pas toujours aisé. Les entreprises auraient pourtant tout intérêt à cultiver le plaisir et la bonne humeur dans leurs murs. Pas simplement par souci du bien-être des salariés mais aussi et surtout parce que cela leur rapporte. C’est ce que nous apprenait une étude menée par trois chercheurs de l'université anglaise de Warwick en mars dernier. Selon leur expérimentation réalisée auprès de 700 cobayes, en moyenne, les gens enjoués sont 10 à 12% plus productifs que les plus tristes. A méditer…

Avril - Comment accéder au marché caché de l'emploi ?

Certes le chômage atteint un niveau record et les destructions d’emploi ont fait les unes des journaux ces derniers mois. Pour autant, de nombreuses entreprises recrutent. Parfois, elles ne le disent pas, c’est alors ce qu’on appelle le marché caché de l’emploi. Un marché qu’il faut apprendre à débusquer. «Nous estimons qu'entre les offres publiées par les cabinets de recrutements et les plus importants sites d'annonces en ligne, une grosse moitié des offres d'emploi seulement sont réellement accessibles aux candidats", expliquait en avril Fabrice Coudray, du cabinet Robert Half. Une bonne raison de lire ou relire les 5 conseils pour postuler spontanément auprès d’une entreprise et multiplier vos chances de trouver un emploi.

Mai - Air France proposera des billets à tarifs réduits aux chômeurs

En mai, Pôle Emploi et Air France signaient un partenariat intéressant pour les demandeurs d’emploi. Pour faciliter leur retour à l’emploi, une convention visait à proposer des billets d’avion à des tarifs avantageux pour les chômeurs ayant décroché un entretien d’embauche. «Cet accord permet d'assurer le transport aérien avec Air France, de demandeurs d'emploi de la région Midi-Pyrénées se rendant à un entretien d'embauche ou aux épreuves d'un concours de la fonction publique", détaillait Pôle Emploi Midi-Pyrénées dans un communiqué. Concrètement, des réductions pouvant aller jusqu'à 30% seront proposés aux chômeurs se déplaçant depuis l'aéroport de Toulouse-Blagnac.

voyage

Juin - Quel est le meilleur mois pour partir en vacances l'été ?

Ces derniers jours une vague de froid a recouvert la France. Pour se réchauffer un peu le cœur, voici un billet publié en juin afin d’anticiper l’éternel débat : «partir en juillet ou en août». Entre les juillettistes et les aoûtiens, la réconciliation semble impossible. Les premiers se décrivent volontiers comme des "privilégiés éclairés" qui ne partiraient pour rien au monde le mois d'après quand les aoûtiens seraient de vils fayots calant leurs vacances sur celles du patron. Et si finalement dans ce débat qui fait rage, ce sont les salariés qui partent en septembre qui avaient tout compris ?

Juillet - Vous ne pourrez plus boire de bière, de vin et de poiré au bureau

En juillet, le gouvernement publiait un décret autorisant les entreprises à interdire totalement la consommation d'alcool au travail, y compris pour le vin, la bière et le poiré… En clair : tolérance zéro ! La nouvelle loi donne ainsi "aux employeurs les moyens d'assumer l'obligation de sécurité de résultat qui leur incombe en matière de préservation de la santé et de la sécurité des travailleurs, et de prévenir tout risque d'accident". Concrètement la loi autorise dorénavant "les clauses des règlements intérieurs limitant ou interdisant la consommation de toute boisson alcoolisée dans l'entreprise édictées dans un objectif de prévention, y compris le vin, la bière, le cidre et le poiré", des boissons qui ne pouvaient jusqu'alors être totalement interdites en entreprise. Pourquoi un tel décret ? Pour faire face à un contexte où "les ivresses déclarées (sont) en augmentation parmi les actifs", selon le législateur…

Août - Quelles sont les villes françaises où il fait bon travailler ?

L'institut Great place to work établit chaque année le palmarès des entreprises où "il fait bon travailler". Cette fois-ci, ce sont les villes qui proposent le meilleur bien-être au travail qui ont été étudiées. Le sud est à l'honneur dans la dernière étude de l'institut Great place to work sur les villes où il fait bon travailler. Sur les trois premières places du podium, deux couvrent le sud-ouest de la France, la dernière, le sud-est. Ainsi, Bordeaux recueille 39% d'avis positifs de ville où "il fait bon travailler" et 37% des répondants estiment qu'il pourrait y travailler. Toulouse suit avec respectivement 39% et 32% de réponses favorables, suivie par Montpellier. Paris ferme la marche du podium avec une moyenne de 26% d'avis positifs. L'étude donne aussi une vision claire de l'attractivité du pays avec un centre de la France dramatiquement vide

Septembre - Le congé parental bientôt réduit de moitié ?

Sous couvert d’égalité, le gouvernement annonçait en septembre dernier une modification du congé parental. Une mesure qui permettrait surtout de réaliser quelque 400 millions d’euros d’économies sur la branche famille. Un double objectif qui serait réalisé en réduisant le congé parental pour les femmes et en l’allongeant pour les hommes. Même si l'objectif déclaré est d'inciter les hommes à s'occuper de leurs progénitures, dans les faits tous les hommes ne prendront pas leur congé parental, notamment parce qu'au sein des foyers ce sont encore eux qui ont majoritairement le plus gros salaire…

deprimetravail

Octobre - Faudra-t-il "travailler plus sans gagner plus" ?

Dans une étude publiée en octobre, l'Institut Montaigne estimait que les salariés français ne travaillent pas assez par rapport à leurs voisins européens, lesquels rattrapent progressivement leur retard de productivité. La durée annuelle effective du temps de travail des salariés français, c'est-à-dire hors congés, RTT, ponts et autres absences, s'établissait à 1 661 heures en 2013, soit la plus basse d'Europe à égalité avec la Finlande, selon l'Institut Montaigne, connu pour ses positions libérales. En Allemagne et au Royaume-Uni, chaque salarié travaille respectivement 186 heures et 239 heures de plus tous les ans, soit entre 5 et 7 semaines de 35 heures en plus, peut-on lire dans l'étude "Temps de travail : mettre fin aux blocages". Une étude sujette à caution.  Les indicateurs sont encore fiables sur ces chiffres et les comparaisons d'un pays à l'autre demeurent difficiles.

Novembre - Sa femme malade, ses collègues lui offrent 362 jours de RTT

C’était la belle histoire de novembre dernier. Karim Zaouai, 32 ans, chauffeur de bus depuis deux ans pour la Régie Lignes d’Azur à Nice recevait 362 jours de RTT de la part de ses collègues. Un don qui va lui permettre de prendre soin de sa femme, victime d'une hémorragie cérébrale en juillet 2014 et qui doit accoucher courant novembre d’un petit garçon. Depuis le mois d’avril dernier, le don de RTT est encadré par la loi. A l'origine de cette loi, le député Paul Salen s'est inspiré d'un élan de générosité des salariés de Badoit qui avaient fait don, avec l'accord de leur entreprise, de 170 jours de repos à un collègue dont le fils était atteint d'un cancer. Depuis le don de RTT est autorisé avec l’accord de l’employeur afin de "permettre aux familles traversant des moments de grande douleur de concilier leur vie professionnelle avec les évènements les plus tragiques de l'existence que sont la maladie et la perte d'un enfant".

Décembre - Les 35 heures, efficaces pour l'emploi ?

L’on sait les Français particulièrement attachés aux RTT (réduction du temps de travail). Cette mesure régulièrement décrié par la droite et aujourd’hui par la gauche - même si dans les faits, elle a été largement détricotée depuis sa mise en place sous le gouvernement Jospin – est considérée selon une dernière étude comme "la politique la plus efficace et la moins coûteuse qui ait été conduite depuis les années 1970" pour l’emploi. Ce rapport rendu par la députée PS Barbara Romagnan explique que les 35 heures ont "créé 350 000 emplois et ainsi contribué à réduire le chômage".

Partager cet article sur :

le 30/12/2014 par Guirec Gombert



Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi