Marché de l'emploi

Coup de jeune sur les managers

Une nouvelle enquête révèle qu'en France, la plupart des managers ne préparent pas le remplacement de leurs baby-boomers. Pourtant, cette génération va quitter la vie active pour laisser peu à peu la place à des managers plus jeunes. Un challenge pour les directions des ressources humaines.

L'échéance approche. D'ici les trois prochaines décennies, la génération des baby-boomers quittera la vie active. Pourtant, selon une étude du cabinet de recrutement Robert Half, 60% des managers français avouent ne pas préparer le remplacement de leurs cadres dirigeants seniors et privilégier le développement du transfert de compétences, notamment dans les secteurs de l'assurance et de la banque. Ce qui rend ces secteurs dynamiques en matière de recrutement, et ce malgré la crise. Aujourd'hui, les Directions des Ressources Humaines des acteurs de l'assurance et de la banque sont confrontées à une période de concentration sans précédent et aux départs à la retraite des baby-boomers. Leur défi : recruter des cadres et en faire les managers de demain.

> Une anticipation des départs

En France, plusieurs solutions s'offrent actuellement aux dirigeants : développer des programmes d'accompagnement pour assurer le transfert de connaissances (pour 41% d'entre eux), préparer les managers à former les nouveaux cadres dirigeants (25%), offrir des promotions internes plus rapides, ou demander à leurs managers partant en retraite de prolonger leur activité professionnelle (18%). Le remplacement direct des baby-boomers n'est donc pas forcément la première solution choisie par les entreprises.

> Des opportunités mitigées

Mais selon l'Institut national des études démographiques (Ined), en France, où le baby-boom a été très important, et où la fécondité demeure relativement plus élevée qu'ailleurs en Europe, le volume des départs en retraite des baby-boomers devrait correspondre à peu près à celui des entrées de jeunes sur le marché du travail, voire être supérieur. "Pourtant, la réduction du chômage ne sera pas nécessairement mécanique : rien ne garantie en effet le remplacement systématique des départs en retraite ni l'adéquation entre les profils laissés vacants et les profils des demandeurs d'emplois" selon l'Ined.

Autre implication de cette tendance, la prise de poste de management par des cadres beaucoup plus jeunes que les collaborateurs encadrés. Cependant ce point qui ne semble pas déranger outre mesure les cadres français puis 50% d'entre eux n'ont pas de préférence à ce sujet. Une enquête de l'Observatoire Cegos de 2008 indique même que les DRH sont aujourd'hui plus sereins sur la gestion des âges. En effet, le "choc démographique" tant attendu serait perçu comme une opportunité par plus de la moitié d'entre eux.

Partager cet article sur :

le 13/03/2009



Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi