Marché de l'emploi

400.000 emplois non pourvus en France : comment y remédier ?

400.000 emplois non pourvus en France : comment y remédier ?

Le Medef lance une campagne baptisée Beau travail ! afin de faire connaître les métiers en tension et attirer les candidats à l'emploi. Suffisant pour répondre aux problèmes des offres d'emplois non pourvues et briser les freins à l'embauche ?

En échange des baisses d'impôts promises par le gouvernement, le Medef s'était engagé à créer 1 million d'emplois en 5 ans. Premier passage à l'acte : le syndicat des patrons a créé une campagne intitulée Beau travail ! Selon le Medef, "il existe aujourd'hui dans notre pays 400 000 emplois non pourvus : se mobiliser pour permettre de réduire ce nombre fait partie des actions qui nous ont semblé indispensables. Ainsi, 115 métiers en attente de recrutement seront présentés au fil des mois sur les chaînes de France Télévisions".

Dès mercredi 14 mai à 20h35, les téléspectateurs pourront découvrir le métier de développeur informatique, puis jeudi sur France 2 et France 3 de dessinateur tuyauterie, celui de yield manager et vendredi 16 mai ceux de responsable des programmes immobiliers et de poissonnier.

Que verra-t-on dans ces 115 vidéos ? Des "témoignages de salariés, jeunes ou moins jeunes, sur le métier qu'ils exercent. Filmés dans leur environnement professionnel, ils racontent leur activité au quotidien et les satisfactions qu'ils en tirent. Leur parcours et la formation pour accéder à chaque métier sont mis en avant", détaille le Medef dans un communique de presse.


 
 

"Remettre à l'honneur ces métiers"


Alors qu'il existe selon le président du Medef, Pierre Gattaz,
"une mauvaise impression française sur ces métiers qui font la richesse de l'Allemagne, de la Suisse ou de l'Autriche", l'objectif de cette campagne est de "remettre à l'honneur ces métiers mal connus, mal mis en valeur". Comment ? En montrant "des gens épanouis dans leur métier, qui gagnent de l'argent".

Est-ce suffisant pour répondre aux problèmes de formation, de mobilité géographique ou encore d'attractivité de ces emplois ? Le Medef veut y croire. Pour y parvenir, le syndicat patronal mise sur le développement de l'alternance, sur l'orientation des élèves en rapprochant l'école de l'entreprise ou encore en favorisant l'entrepreneuriat, etc. 

Offres d'emploi non pourvus, mythe ou réalité ?

Si les intentions sont louables, la notion d'offres d'emplois non pourvues questionne. Déjà par son nombre. Elles sont estimées par certains à 200.000, 300.000, aujourd'hui 400.000, voire pour d'autres à 500.000. On peut d'autre part légitimement se demander pourquoi la France peine à mettre face à face l'offre et la demande. Du côté des entreprises, c'est entendu, les candidats rechigneraient à exercer certains emplois considérés comme difficiles et seraient peu mobiles. 

En juin 2013, le journal Libération rapportait cependant une étude de Pôle Emploi sur ces offres qui ne trouvent pas preneurs. Ainsi, sur 116 000 offres débouchant sur un "abandon de la procédure de recrutement faute de candidat", note le journal, "ces échecs se concentrent dans des entreprises qui ont une faible expérience du recrutement". Des entreprises "parfois déconnectées des compétences réellement nécessaires au poste à pourvoir", d'après l'agence national pour l'emploi. Ainsi, "ces échecs peuvent être imputables autant à la pénurie de candidats qu'à l'inexpérience des recruteurs et leur méconnaissance du marché local du travail".

De quoi déculpabiliser les chômeurs. D'autant que l'étude de Pôle emploi pointe encore un autre problème : "comparées à nos voisins européens, les offres d'emplois publiées en France apparaissent comme beaucoup plus sélectives (...) conduisant à une exclusion de fait de nombreuses candidatures". Bref, pour que l'offre et la demande se rencontrent enfin, il faudra certes améliorer la formation et favoriser l'orientation vers des filières techniques, mais aussi que les entreprises cessent encore et toujours de chercher le mouton à 5 pattes.


Partager cet article sur :

le 14/05/2014 par Guirec Gombert


En cliquant sur OK, vous acceptez les CGU


Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi