Marché de l'emploi

1 Français sur 3 souhaite devenir son propre patron

1 Français sur 3 souhaite devenir son propre patron

Les salariés français sont de plus en plus nombreux à vouloir devenir leur propre employeur selon une enquête de Kelly Services, spécialiste mondial des solutions de ressources humaines.

La dernière enquête du leader des solutions de ressources humaines et de recrutement Kelly Services révèle une évolution notable chez les salariés français quant à leur volonté d'indépendance. Aujourd'hui, un français sur trois souhaite devenir son propre patron et travailler avec plus d'autonomie.

Une envie forte malgré des incertitudes

Un tiers des salariés disent éprouver l'envie d'abandonner leur statut pour devenir leur propre patron. Toutefois, seulement un Français sur trois estime posséder les capacités nécessaires pour se lancer dans la création de sa propre entreprise. Parmi les freins identifiés, on trouve pour toutes les générations confondues, l'incertitude sur le revenu, le risque d'échec et le manque de soutien. Pourtant, malgré les incertitudes, "l'idée de sortir de la relation de travail traditionnelle est attrayante pour ceux qui aspirent à plus de flexibilité et qui souhaitent travailler pour eux-mêmes" expliquent Marc Riou. Et c'est la génération des 18-29 ans se montre le plus enthousiaste à l'idée de se lancer dans l'aventure.

Les femmes plus réticentes

Autre constatation, les femmes semblent plus frileuses que leurs homologues masculins face à la création d'entreprise. 34% des salariées interrogées se disent attirées par le statut de travailleur indépendant ou freelance contre 42% des salariés hommes. Une réticence qui s'expliquerait par leur manque de confiance en elle. C'est pourquoi on constatait il y a peu que la création en franchise séduit plus de femmes pour le cadre sécurisant qu'elle offre.

La France, mauvaise élève

L'enquête de Kelly Services constate que la création d'entreprise est également une question de culture. Ainsi, elle est plus développée à l'étranger semble-t-il. Sur 29 pays sondés, la France est à la dernière place du nombre de travailleurs indépendants ou de freelances. Alors que 5% ont opté pour ce statut, ils sont 21% en Italie, et 34% aux Etats-Unis. Il semblerait que les salariés français aient moins confiance en leurs compétences que leurs homologues allemands ou anglais. Pourtant, la volonté d'entreprendre reste plus forte en France (24% de salariés français contre 9% en Allemagne ou 18% aux Etats-Unis...).

Une envie d'entreprendre qui selon Marc Riou, Directeur Général de Kelly Services France, qui découle en partie de la période de récession économique. "Beaucoup de ceux qui ont perdu leur emploi suite à la crise économique mondiale se réinventent en travailleurs indépendants ou consultants. Plus de personnes aujourd'hui prennent en main leur carrière professionnelle et voient l'auto-entrepreneuriat comme un bon moyen de combiner réussite personnelle et professionnelle."

 

Partager cet article sur :

le 21/06/2010



Plus d'actualités de l'emploi

Conseils d'emploi